Afrique subsaharienne/Foi et religion

La violence homophobe se perpétue et se répète dans la « ville-sainte » du Sénégal

Encore une fois la communauté gaie de Touba (capitale religieuse de la confrérie mouride) est l’objet d’une chasse aux sorcières. Le 08 octobre 2020, de nouveau un jeune gay a été roué de coups, avant d’être filmé sous contrainte puis expulsé manu militari de Touba. La vidéo du jeune homme confessant son homosexualité a depuis été rendue virale sur les réseaux sociaux.

La Grande Mosquée de Touba. (Photo de Wikipédia)

Cette énième agression, survient moins de trois semaines après que 10 jeunes homosexuels de Touba ont été arrêtés par la milice religieuse Safiyatoul Amal.

L’agression est précisément survenue 3 jours après une attaque contre Aly Ndiaye (un pseudonyme). C’est un responsable d’une organisation LGBTI clandestine qui était venu en aide à 10 hommes, arbitrairement incarcérés, sur la base d’une homosexualité supposée, le mois dernier. Aly Ndiaye avait obtenu leur libération, moyennant de très fortes amendes à verser.

Depuis, ce collectif LGBTI est toujours à la recherche de fonds, en vue de permettre l’exfiltration de 4 des 10 hommes toujours présents dans la région et dont les vies sont menacées. Les 6 autres hommes, ont d’ores et déjà pu quitter le Sénégal.

Pendant ce temps, les milices religieuses de Touba ne relâchent pas leurs efforts et leur traque anti-homosexuelle, en vue d’extirper la sodomie de la ville-sainte. La surveillance ne s’exerce plus seulement dans les rues, mais à présent, elle s’étend également sur les réseaux sociaux. La chasse aux homosexuels devient dorénavant quotidienne et prend même une tournure de plus en plus violente.

Dans ce contexte, Ndiaye a du se résoudre a quitté la ville en toute discrétion, car sa présence à Touba aurait pu mettre en danger la sécurité des 4 hommes que son organisation héberge, déclare-t-il.

La nouvelle agression survenue le 8 octobre dernier a été diligentée en secret par les éléments de Xudamoul Xadim, l’une des nombreuses «dahiras» (groupes) fidèles à certains cheikhs soufis («marabouts»). Dans cette énième affaire, la dahira aurait surpris un homosexuel présumé, dans le quartier de Guédé à Touba, selon le site d’information Seneweb.

L’individu appréhendé, âgé de 20 ans, a été passé à tabac et a reçu de nombreux coups de bâtons. Peu après, dans une vidéo tournée sous la contrainte, on le voit confesser publiquement son homosexualité (Seneweb).

En vertu de la loi sénégalaise, les relations sexuelles entre personnes du même sexe sont passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et près de 1 500 000 francs CFA d’amende (2 700 dollars US maximum).

Article connexe:

2 réflexions sur “La violence homophobe se perpétue et se répète dans la « ville-sainte » du Sénégal

  1. Pingback: Sénégal : Être gay et résister quand des marabouts qui dévoient l’Islam ont le pouvoir | 76 Crimes en français

  2. Pingback: Sénégal : quelques bonnes nouvelles | 76 Crimes en français

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.