«Thérapie ex-gay»: Ce que les experts de renom disent

Recueils par Maurice Tomlinson et AIDS-Free World.  Rédaction française par Denis LeBlanc.
(Also available in English)

Les extraits suivants sont tirés des états d’associations de psychologues, de psychiatres et d’autres experts de plusieurs pays qui ont étudié et abouti à des conclusions sur les formes de thérapie visant à changer l’orientation sexuelle (diversement appelé «thérapie ex-gay», «thérapie de conversion» et «thérapie réparatrice»).  

PanAM and WHO Logos WHO-logoL’Organisation panaméricaine de la santé et l’Organisation mondiale de la santé (Pan-American Health Organisation and the World Health Organisation)

Ils ont publié ensemble un communiqué de presse qui dit:

Les services qui visent à «guérir» les personnes ayant une orientation sexuelle non hétérosexuelle n’ont aucune justification médicale et ils représentent une menace grave pour la santé et le bien-être des personnes touchées … Ces pratiques sont injustifiables et doivent être dénoncés et soumises à des sanctions et aux pénalités spécifiées dans les lois nationales, déclare le Dr Roses. Ces thérapies de conversion constituent une violation des principes éthiques des soins de santé et une atteinte aux droits humains qui sont protégées par des conventions internationales et régionales.

Étant donné que l’homosexualité n’est pas un trouble ou une maladie, il ne nécessite pas un remède. Il n’y a aucune indication médicale pour modifier l’orientation sexuelle, a déclaré le directeur de l’OPS, le Dr Mirta Roses Periago. Les pratiques dites de «thérapie réparatrice» ou «thérapie de conversion» représentent  une menace sérieuse pour la santé et le bien-être, et même à la vie des personnes touchées.

La déclaration de l’OPS note qu’il existe un consensus professionnel que l’homosexualité est une variation naturelle de la sexualité humaine et ne peut pas être considéré comme un état pathologique. Toutefois, plusieurs organismes des Nations Unies ont confirmé l’existence de «thérapeutes» et de «cliniques» qui favorisent le traitement.   http://new.paho.org/hq/index.php?option=com_content&task=view&id=6803&Itemid=1926

Flag of South AfricaLa Société des psychologues de l’Afrique du Sud (Psychological Society of South Africa) 

Ils affirment:

La recherche et l’expérience clinique concluent en outre que pour la plupart des gens l’orientation sexuelle n’est pas «un choix» ou «volontaire». De plus, il n’existe aucune preuve fiable que l’orientation sexuelle peut être influencée par la redirection, la «conversion» ou être influencée significativement par les efforts psychologiques ou d’autres interventions …. la recherche et l’expérience clinique conclue que les orientations homosexuelles ou bisexuelles sont des variations de la sexualité humaine normale d’origine naturelle. Ils sont également documentés largement dans la nature.  http://www.craighigsonsmith.com/file.php/1/Publications/PsySSA_statement_UNvote_10_Dec2010_final.pdf

Flag of ChinaL’Association des psychologues de la Chine (Chinese Psychological Association)

L’Association des psychologues de la Chine retire l’homosexualité de la liste des maladies mentales dans un nouveau manuel de diagnostic qui devait sortir (en 2001), le vice-président du groupe a déclaré.. L’Association de 8000 membres a conclu que l’homosexualité n’est pas une perversion, le vice-président  le Dr Chen Yanfang, a déclaré. Beaucoup d’homosexuels mènent une vie parfaitement normale, dit-il. Ce changement vient après cinq années d’études par l’Association, le Dr Chen a dit. Il affirme que la preuve comprenait une étude publiée en 1999 qui a suivi la vie quotidienne de 51 gays et lesbiennes chinois pendant un an.  http://www.nytimes.com/2001/03/08/health/08PSYC.html

Flag of Hong KongCollège des psychiatres de Hong Kong (Hong Kong College of Psychiatrists) 

Le Collège des psychiatres de Hong Kong est de l’avis que l’homosexualité ne soit pas un trouble psychiatrique. Le Collège des psychiatres de Hong Kong adhère fermement à la pratique du traitement scientifiquement prouvé et fondée sur des preuves. Les traitements psychiatriques doivent être fournis conformément aux principes et pratiques disponibles bien établies. Il n’existe, à l’heure actuelle, aucune preuve scientifique et clinique solide à l’appui des avantages de tentatives de modifier l’orientation sexuelle.

http://www.hkcpsych.org.hk/index.php?option=com_docman&task=doc_view&gid=773&lang=en

Flag of India  coutesy FOTW Flags Of The World websiteLa Société des psychiatres de l’Inde (Indian Psychiatric Society

Dans leur éditorial ils citent:

L’argument selon lequel l’homosexualité est un phénomène stable repose sur la cohérence des attirances envers le même sexe, l’échec des tentatives de changer et le manque de succès des traitements pour modifier l’orientation.  http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3339212/

La recherche a également démontré que les personnes ayant une orientation homosexuelle n’ont pas un dysfonctionnement ou une déficience psychologique objectif de jugement, de stabilité ou des capacités professionnelles. Psychiatres, psychanalystes, et les professionnels de la santé physique et mentale considèrent maintenant l’homosexualité comme une variation normale la sexualité humaine.  http://orinam.net/content/wp- content/uploads/2012/04/IndianJPsychiatry5411-3939187_105631.pdf

Flag of AustraliaLa Société des psychologues de l’Australie (Australian Psychological Society)

Dans leur site web, ils énoncent :

Les psychologues, psychiatres et autres professionnels de la santé mentale s’accordent à dire que l’homosexualité n’est pas une maladie, un trouble mental ou un problème émotionnel. La Société des psychologues de l’Australie reconnaît qu’il n’existe aucune  preuves scientifique de l’utilité de la thérapie de conversion, et note qu’il peut en fait être nuisible pour l’individu.  http://www.psychology.org.au/Assets/Files/reparative_therapy.pdf

Flag of the United KingdomLe Collège royal des psychiatres (Royaume-Unis) [Royal College of Psychiatrists (UK)]

Il affirme dans son énoncé de politique:

Le Collège royal des psychiatres croit fermement aux traitements fondés sur des preuves scientifiques. Il n’existe aucune preuve scientifique solide que l’orientation sexuelle peut être changée. De plus, les traitements dits pour l’homosexualité créent un cadre dans lequel s’épanouissent les préjugés et la discrimination.

Le Collège royal des psychiatres tient à préciser que l’homosexualité n’est pas un trouble psychiatrique. Il ya maintenant une grande quantité d’études qui indiquent que d’être gai, lesbienne ou bisexuel est une expr4ession normale de la santé mentale et de l’adaptation sociale. Cependant, les expériences de discrimination dans la société et le rejet possible par les amis, les familles et d’autres, comme les employeurs, signifie que certaines personnes bisexuelles, lesbiennes et gays ont l’expérience d’une plus grande prévalence que prévue de problèmes de santé mentale et de mésusage de substances. http://www.rcpsych.ac.uk/pdf/RCPsychposstatementsexorientation.pdf

Flag of the USAL’Association américaine des psychologues (American Psychological Association)

Toutes les grandes organisations nationales de santé mentale ont officiellement exprimé des préoccupations au sujet des thérapies visant à modifier l’orientation sexuelle. À ce jour, il n’y a pas de recherches scientifiques démontrant que la thérapie visant à changer l’orientation sexuelle (parfois appelé réparatrice ou la thérapie de conversion) est sûr ou efficace. http://www.apa.org/helpcenter/sexual-orientation.aspx

… lesbiennes, gays, bisexuels et orientations ne sont pas troublés. La recherche n’a trouvé aucune association inhérente entre l’une de ces orientations sexuelles et la psychopathologie. Le comportement hétérosexuel et le comportement homosexuel sont des aspects normaux de la sexualité humaine. Tous deux ont été documentés dans de nombreuses cultures différentes et des époques historiques. Malgré la persistance de stéréotypes selon lesquels les lesbiennes, gays, et les personnes bisexuelles seraient troublés, plusieurs décennies de recherches et d’expériences cliniques ont conduit toutes les grandes organisations médicales et de santé mentale dans ce pays à conclure que ces orientations sont des formes normales de l’expérience humaine. Les relations lesbiennes, gays, et bisexuelles sont des formes normales de liaison humaine. Par conséquent, les grandes organisations ont depuis longtemps abandonné la classification de l’homosexualité comme un trouble mental.  http://www.apa.org/helpcenter/sexual-orientation.aspx

L’association américaine des psychologues a également examiné plus de 83 études (effectuées par d’autres) de 1960 à 2007 dans son rapport sur efforts de changement d’orientation sexuelles (SOCE).  Les pages 41 et 42 font un bon travail de décrire les études passées et récentes concernant les préoccupations des dommages. Ils affirment :

Nous avons constaté qu’il y a des éléments de preuve indiquant que les individus subi des dommages résultant du SOCE. Les premières études documentées effets iatrogènes des formes d’aversion de SOCE. Ces effets secondaires négatifs inclus une perte de sensation sexuelle, dépression, des tendances suicidaires et l’anxiété. Les taux d’abandon élevés dans ces études caractérisent le traitement d’aversion et peuvent être un indicateur que participants à la recherche ont connu des effets nuisibles avec ces traitements.  http://www.apa.org/pi/lgbt/resources/therapeutic-response.pdf .

L’Association américaine des psychiatres (American Psychiatric Association) 

Dans son énoncé de politique sur le traitement psychiatrique et l’orientation sexuelle, l’APA déclare :

Les risques potentiels de la « thérapie réparatrice » sont grands, y compris la dépression, l’anxiété et le comportement autodestructeur. L’alignement du thérapeute préjugé contre l’homosexualité peut renforcer la haine de soi déjà ressentie par le patient. Beaucoup de patients qui ont subi une « thérapie réparatrice » rapportent qu’ils ont été mal informés par le thérapeute que les homosexuels sont des êtres malheureux et solitaires qui ne parviennent jamais à l’acceptation ou à la satisfaction. La possibilité du  bonheur de la personne et de relations interpersonnelles satisfaisantes en tant que personne gai ou lesbienne n’était pas présentée, ni encore les approches alternatives pour faire face aux effets de la stigmatisation sociale.  http://www.glsenboston.org/JustTheFacts.pdf

Toutes les grandes organisations de professionnels en santé mentale affirment que l’homosexualité n’est pas une maladie mentale. En 1973, l’association américaine des psychiatres a retiré l’homosexualité de son manuel officiel de diagnostic, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, deuxième édition (DSM II). L’action a été prise après un examen de la littérature et de consultations scientifique avec des experts dans le domaine. Les experts ont constaté que l’homosexualité ne remplit pas les critères pour être considérée comme une maladie mentale.  http://www.psychiatry.org/lgbt-sexual-orientation

.L’Association américaine des médecins (American Medical Association) 

Dans son Énoncé de politique sur les besoins de soins de santé des hommes gay et des lesbiennes aux États-Unis,  l’AMA atteste:

La plupart de la perturbation émotionnelle vécue par les hommes gais et les lesbiennes autour de leur identité sexuelle n’est pas fondée sur des causes physiologiques mais est due à un sentiment d’aliénation dans un environnement qui ne les accepte pas. Pour cette raison, la thérapie d’aversion (une intervention comportementale ou médical qui couple un comportement indésirable, dans ce cas, le comportement homosexuel, avec des sensations désagréables ou des conséquences aversives) n’est plus recommandé pour les hommes gais et les lesbiennes. Avec de la psychothérapie, les gais et les lesbiennes peuvent devenir plus à l’aise avec leur orientation sexuelle et  mieux comprendre la réponse de la société.

En outre, ils ont écrit :

Notre Association s’oppose à l’utilisation de thérapie « réparateur » ou de « conversion » qui est basée sur l’hypothèse que l’homosexualité en soi est un trouble mental ou fondée sur l’ hypothèse que le patient doit changer son orientation homosexuelle.  http://www.ama-assn.org/ama/pub/about-ama/our-people/member-groups-sections/glbt-advisory-committee/ama-policy-regarding-sexual-orientation.page

L’Association américaine du counseling  (American Counselling Association) 

L’Association américaine du counseling a adopté en 1998 une résolution déclarant qu’elle:

 S’oppose aux représentations des bisexuelles, deslesbiennes et des gays, jeunes et aux adultes, comme des malades mentaux en raison de leur orientation sexuelle, et appuie les efforts pour la diffusion d’informations précises sur l’orientation sexuelle, la santé mentale, et des interventions appropriées afin de contrecarrer le biais qui est basée sur l’ignorance ou les croyances non fondées au sujet de l’orientation sexuelle des personnes du même sexe. En outre, en Avril 1999, le Conseil gouvernant  de l’Association a adopté une position s’opposant à la promotion de la «thérapie réparatrice» comme un «remède» pour les personnes qui sont homosexuels. http://www.apa.org/pi/lgbt/resources/just-the-facts.pdf

L’Académie américaine de la pédiatrie  (American Academy of Pediatrics)

L’Académie déclare dans son énoncé de politique sur l’homosexualité et l’adolescence que:

La confusion sur l’orientation sexuelle n’est pas rare pendant l’adolescence. Le counseling peut être utile pour les jeunes qui sont incertains de leur orientation sexuelle ou pour ceux qui ne savent pas comment exprimer leur sexualité et qui pourraient bénéficier d’une tentative de clarification par counseling ou d’une initiative psycho-thérapeutique. On est contre la thérapie s’adressant spécifiquement à changer l’orientation sexuelle, car elle peut provoquer la culpabilité et l’anxiété tout en ayant peu ou pas de potentiel pour réaliser un changement  d’orientation.  http://pediatrics.aappublications.org/content/92/4/631.full.pdf+html

L’Association nationale des travailleurs sociaux – États Unis d’Amérique (National Association of Social Workers – USA) 

Le NASW, dans son énoncé de politique sur des lesbiennes, gays et bisexuels dit qu’il:

Approuve des politiques dans les secteurs publics et privés qui assurent la non-discrimination; qui sont sensibles aux besoins de santé et de la santé mentale des lesbiennes, des gays , et des personnes bisexuelles et et qui favorisent une meilleure compréhension des cultures des lesbiennes, des gays, et des bisexuels. La stigmatisation sociale des lesbiennes, des gays et des personnes bisexuelles et est très répandue et est un facteur de motivation qui pourrait mener certaines personnes à demander des modifications de l’orientation sexuel. Les thérapies de conversion d’orientation sexuelle supposent que l’orientation homosexuelle est à la fois pathologiques et librement choisie. Aucune étude ne démontre que les thérapies réparatrices ou de conversion sont efficaces, en fait, ils peuvent être nuisibles. NASW croit que les travailleurs sociaux ont une responsabilité envers leurs clients pour expliquer les connaissances concernant l’orientation sexuelle et le manque de données ou de rapports démontrant des résultats positifs de la thérapie réparatrice. NASW décourage les travailleurs sociaux de fournir des traitements visant à changer l’orientation sexuelle ou de référer leurs patients aux praticiens ou à des programmes qui prétendent le faire. http://www.apa.org/pi/lgbt/resources/just-the-facts.pdf

L’Association américaine des conseillers scolaires (American School Counsellor Association)

Dans son énoncé de position, au sujet des  lesbiennes, gay, bisexuelles, transgenres, et des jeunes qui s’interrogent, les conseillers scolaires professionnels déclarent:


Les lesbiennes, gays, bisexuels, et transsexuelles (LGBT) commencent  souvent l’expérience d’auto-identification au cours de leur adolescence,  préadolescence ou vers l’âge de 7 ans, comme le font les jeunes hétérosexuels. Ces processus de développement sont des activités cognitives, affectives et sociales essentielles, et même si elles peuvent avoir un impact sur ​​le développement et la réussite des élèves, ils ne sont pas un signe de maladie, de troubles mentaux ou des problèmes émotionnels, et ne signifie pas nécessairement l’activité sexuelle  . . .  .Ce n’est pas le rôle du conseiller scolaire professionnel de tenter de changer l’orientation sexuelle ou l’identité sexuel de l’élève, mais plutôt de fournir un soutien aux étudiants LGBT afin de promouvoir la réalisation et le bien- être personnel des étudiants. . . . Reconnaissant que l’orientation sexuelle n’est pas une maladie et ne nécessite aucun traitement , les conseillers scolaires professionnels peuvent fournir une planification pour l’élève ou des services adaptés aux élèves LGBT afin de promouvoir l’acceptation de soi, de l’aide pour faire face à l’acceptation sociale, et de l’aide pour comprendre les enjeux liés au «coming out», y compris des questions que les familles peuvent rencontrer quand un élève passe par ce processus, et l’aide afin d’identifier les ressources communautaires appropriées.  http://www.apa.org/pi/lgbt/resources/just-the-facts.pdf

L’Association américaine pour la thérapie du mariage et de la famille (American Association for Marriage and Family Therapy)

Selon leur site, l’association dit:

L’Association américaine pour la thérapie du mariage et de la famille est de l’avis que l’orientation sexuelle ne soit pas un trouble mental. Donc, nous ne croyons pas que l’orientation sexuelle nécessite un traitement ou une intervention … De temps en temps AAMFT reçoit des questions sur une pratique nommée thérapie réparatrice ou de conversion, qui vise à changer l’orientation sexuelle d’une personne. Tel qu’indiqué dans la politique de l’AAMFT, l’Association ne considère pas l’homosexualité comme un trouble qui nécessite un traitement, et nous ne voyons aucune raison pour une telle thérapie. L’AAMFT attend de ses membres une pratique fondée sur la meilleure recherche et sur les données cliniques disponibles.  http://www.aamft.org/iMIS15/AAMFT/MFT_Resources/MFT_Resources/Content/Resources/Position_On_Couples.aspx

 L’’Association américaine des  psychanalystes (American Psychoanalytic Association)

Dans leur déclaration en 2012, ils ont affirmé que :

L’Association américaine des  psychanalystes affirme le droit de tous les personnes à leur orientation sexuelle, leur identité et expression de genre, sans ingérence ou intervention coercitive qui tentent de changer l’orientation sexuelle, ou l’identité ou l’expression du genre.

Comme avec n’importe quel préjudice de la société, les préjugés contre la personne fondée sur l’orientation sexuelle réelle ou perçue, et contre l’identité ou l’expression du genre affectent négativement la santé mentale, ce qui contribue à un sentiment durable de la stigmatisation et une omniprésente autocritique par l’intériorisation d’un tel préjudice.

La technique psychanalytique n’englobe pas les tentatives délibérées de « convertir » ou de  « réparation », afin de changer ou décaler l’orientation sexuelle d’un individu, ou l’identité de ou l’expression du genre. Ces efforts sont effectués contre les principes fondamentaux de la cure psychanalytique et se traduisent souvent par la souffrance psychologique importante en renforçant les attitudes intériorisées nuisibles.  http://www.apsa.org/About_APsaA/Position_Statements/Attempts_to_Change_Sexual_Orientation.aspx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s