Afrique subsaharienne

Sénégal : « Nous demandons à ouvrir sans délai un débat autour de l’article 319 – alinéa 3 ! »

Actuellement, l’article 319 – alinéa 3 du code pénal sénégalais condamne les actes impudiques ou contre-nature entre individu·es du même sexe. Cette infraction est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et près de 1 500 000 francs CFA d’amende (2 500 euros environ). Souvent invoqué par les homophobes, il représente aujourd’hui le bras armé de la mise à mort sociale des minorités sexuelles.

Le Sénégal aux couleurs arc-en-ciel

A l’attention des représentant·e·s du peuple sénégalais et législateurs·trices du Sénégal

Nous collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans  la défense des droits humains, dénonçons l’instrumentalisation au Sénégal de l’article 319 – alinéa 3, comme « un enjeu de souveraineté nationale », ainsi que l’inaction de certain·es de nos allié·es face à pareille rhétorique trompeuse.

Nous collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans la défense des droits humains, dénonçons l’article 319 – alinéa 3, devenu l’emblème d’un discours haineux banalisé, à l’encontre d’autres sénégalais·es.

Nous collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans la défense des droits humains, dénonçons l’article 319 – alinéa 3, qui empêche les acteurs·trices de terrain de travailler efficacement sur la question des droits humains.

Nous collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans la défense des droits humains, dénonçons l’article 319 – alinéa 3, vecteur de prévarication aux dépens des victimes de violations des droits humains, et prétexte d’impunité pour les personnes opposées à la liberté d’aimer de tou·tes les citoyen·nes sénégalais·es.

Nous collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans la défense des droits humains, demandons l’abrogation sans délai de l’article 319 – alinéa 3, constatant qu’il est la porte ouverte à de multiples abus, en totale contradiction avec l’exercice d’une justice moderne au service des plus faibles, conformément à la Charte Africaine des Droits de l’Homme.

  • que ledit article de loi est une menace pour l’intégrité physique et psychique des minorités sexuelles et de genre au Sénégal, et de ce fait est synonyme de mort sociale pour les personnes concernées.
  • que  l’article 319 – alinéa 3 entraîne un  statu quo nourrissant chaque jour  davantage de clivages, de dissensions au sein de la société sénégalaise, laquelle a besoin d’apaisement, de dialogue national et ce, sans fanatisme ni corruption.

Nous collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans la défense des droits humains, demandons un retour au principe du constitutionnalisme et à l’Etat de droit en découlant, notamment la protection de tout être humain, de sa dignité, de son autonomie et de sa liberté. Le Sénégal se dit être un pays composé d’une majorité de citoyen·nes de confession musulmane, point sur lequel s’appuient largement certain·es extrémistes pour légitimer l’article 319 alinéa 3. Il n’en reste pas moins que le Sénégal reste un pays laïc, où doivent cohabiter en bonne intelligence liberté de culte, liberté d’opinion, liberté affective, romantique et sexuelle.

Dakar,

Le 10 Décembre 2020,

Les medias et organisations souhaitant s’adresser au collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans la défense des droits humains peuvent nous écrire à l’adresse suivante : senegalcollectiffree@gmail.com .

Signataires

Sénégal :

S. DIOUF, responsable du collectif FREE

M. GASSAMA, activiste au sein du collectif FREE

D. MBODJI, activiste au sein du collectif FREE

H. LOUM, activiste au sein du collectif FREE

T. GOMIS, activiste au sein du collectif FREE

D. SEYE, activiste au sein du collectif FREE

A. TALL, activiste au sein du collectif FREE

T. FAYE, activiste au sein du collectif FREE

M. DIOUF, activiste au sein du collectif FREE

A. NDIAYE, activiste au sein du collectif FREE

S. FAYE, activiste au sein du collectif FREE

O. DIOP, activiste au sein du collectif FREE

A. DIALLO, activiste au sein du collectif FREE

R. THIAM, activiste au sein du collectif FREE

D. DIOUF, activiste au sein du collectif FREE

A. NDOYE, activiste au sein du collectif FREE

P. LAM, activiste au sein de l’association AND JUBBO

M. SECK, activiste au sein de l’association AND JUBBO

F. GUEYE, activiste au sein de l’association AND JUBBO

Ty. FALLY, activiste

François GOUDIABY, activiste

Bénin :

Media : LGBTQ Infos

Association : UNION SACREE 

Association : JEUNES COLOMBES BENIN

Cameroun

Jean-Paul ENAMA, Directeur Exécutif de HUMANITY FIRST CAMEROON PLUS

Etats-Unis d’Amérique :

Colin STEWART, président, St. Paul’s Foundation for International Reconciliation

France hexagonale :

Xavier DUBOIS, activiste de l’association Solidarité Internationale LGBTQI+ (SIL)

Frédéric HAY, président de l’association d’Aide, de Défense Homosexuelle, pour l’Égalité des Orientations Sexuelles (ADHEOS)

Marame KANE, présidente du Centre LGBTQI+ de Paris

Guyane française :

Moïse MANOEL, doctorant de l’Université des Antilles sur le champ des Homophobies et des néocolonialismes sur l’aire du Plateau des Guyanes

Haïti :

Prophète JENNIE, coordonnateur-général, AFARKAP

Maroc :

Soufiane HENNANI, activiste au sein du collectif ELILLE

République Démocratique du Congo

Alphonse MIHIGO

Association HODSAS

Royaume-Uni :

Matt BEARD, directeur exécutif, ALL OUT

Tribune précédente:

Articles connexes:

15 réflexions sur “Sénégal : « Nous demandons à ouvrir sans délai un débat autour de l’article 319 – alinéa 3 ! »

  1. Pingback: Sénégal : L’article 319 représente le bras armé de la mise à mort sociale des minorités sexuelles [Tribune] – Gusoma | Le media afro-LGBTQ de France

  2. Pingback: Sénégal : ADHEOS demande l’interdiction d’entrer sur le sol européen d’Abdou Karim Gueye, dirigeant de Nittou Deug | 76 Crimes en français

  3. Pingback: Sénégal : lutte sociale et conflit du travail autour du statut des médiateurs en santé | 76 Crimes en français

  4. Pingback: Sénégal : condamnation à 6 mois fermes pour un jeune gay présumé de Touba | 76 Crimes en français

  5. Pingback: Sénégal : Barma GUEYE directeur exécutif de JAMRA, n’est pas le bienvenu en Europe | 76 Crimes en français

  6. Pingback: Sénégal : pas de trève des confiseurs sur le front de l’homophobie | 76 Crimes en français

  7. Pingback: Sénégal : « si nous n’y prenons pas garde nous nous retrouverons avec l’équivalent de Boko Haram ici  | «76 Crimes en français

  8. Pingback: Sénégal : le responsable de l’ONG LGBTI Prudence + a de nouveau été agressé | 76 Crimes en français

  9. Pingback: Sénégal : « Nous demandons que tout soit mis en oeuvre pour que Facebook ne soit plus l’exutoire des LGBTphobies au Sénégal  | «76 Crimes en français

  10. Pingback: Sénégal : « l’affaire Sonko vue par le Collectif Free du Sénégal  | «76 Crimes en français

  11. Pingback: Sénégal : quand la toile sert à piéger les gays | 76 Crimes en français

  12. Pingback: Sénégal: Les homophobes paradent à Dakar | 76 Crimes en français

  13. Pingback: COMMUNIQUE DE PRESSE : APRES LA MARCHE DE LA HAINE, LE SENEGAL A NU. | 76 Crimes en français

Répondre à Moïse MANOEL Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.