Afrique subsaharienne

Sénégal : « Nous demandons que tout soit mis en oeuvre pour que Facebook ne soit plus l’exutoire des LGBTphobies au Sénégal »

Dans une nouvelle tribune, alors que les signalements de contenus de cyber-haine ne donnent pas toujours les suites espérées et tandis que les outils juridiques ne servent qu’à restaurer l’image des individus et non des groupes discriminés, le Collectif Free du Sénégal se décide à interpeler Facebook, face à l’inaction de l’Etat sénégalais dont les lois ne confèrent que peu de protection contre la diffusion des discours de haine en ligne.

Nous collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans la défense des droits humains*, nous étonnons de l’absence de traduction automatique et systématique des langues vernaculaires africaines telles que le wolof, sur moult pages hébergées par votre réseau social.

Nous collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans la défense des droits humains, constatons que votre inertie en la matière favorise l’expression d’une cyber-haine caractérisée sur votre plate-forme numérique, dont les personnes LGBTI au Sénégal subissent les conséquences. Nous ne donnerons pas ici d’exemples, afin de ne pas offrir une publicité à ces pages et contenus inqualifiables.

Nous collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans la défense des droits humains, constatons avec nos alliés que nos signalements sont pour l’heure restés lettres mortes auprès de vos services, dont les réponses sont toujours demeurées très passives, puisque le rigorisme et l’islamisme radical n’enfreignent pas la charte de Facebook.   

Nous collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans la défense des droits humains, relevons pourtant l’intérêt que vous montrez en Californie afin d’apporter votre soutien envers les personnes LGBTI, au travers d’une communication à l’échelle globalisée et planétaire.

Nous collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans la défense des droits humains, vous demandons de mettre en œuvre le nécessaire, pour que Facebook ne soit plus l’exutoire de l’expression en wolof de l’homophobie et de la transphobie au Sénégal, à savoir :

dans l’immédiat, nous exigeons de vous d’être vigilant quant aux signalements de contenus haineux envers les personnes LGBTI, particulièrement lorsqu’ils s’adressent à un public africain (nous ne pourrions admettre que les engagements de votre entreprise en faveur des droits humains, en Europe et en Amérique du Nord ne s’appliquent pas en direction du continent africain où nous résidons) ;

2° à moyen terme, nous exigeons de vous de travailler à la traduction automatique et systématique (comme c’est déjà le cas pour l’arabe) des contenus écrits et rédigés en langues vernaculaires africaines, afin que les homophobes ne puissent plus se retrancher derrière l’usage des langues locales, pour éviter la censure numérique et propager leurs idées. Nous pensons ici au wolof parlé par des millions de gens, à la fois au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie.

Nous collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans la défense des droits humains, serons toutefois contraints d’étudier la possibilité de lancer une campagne d’opinion à l’échelle internationale, à défaut d’une réaction appropriée de Facebook dans les semaines à venir, afin de pouvoir dénoncer toute inaction prolongée de votre part, tandis que l’on assiste dans le même temps, à une résurgence spectaculaire des agressions physiques à l’endroit des personnes LGBTI au Sénégal.  

Nous collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans la défense des droits humains, restons disponibles pour nous entretenir avec vous, quant aux possibilités existantes d’améliorer les dispositifs actuels de Facebook, en matière de prévention et de suppression des contenus haineux, au Sénégal.

Pour le collectif Free,

Souleymane Diouf**

A Dakar, Sénégal

Le 01 Mars 2021

Les medias et organisations souhaitant s’adresser au collectif de sénégalais·es militant·es engagé·es dans la défense des droits humains peuvent nous écrire à l’adresse suivante : senegalcollectiffree@gmail.com .

*Le Collectif Free est engagé depuis de longs mois, dans une lutte acharnée contre les LGBTphobies au Sénégal

**Souleymane Diouf est un pseudonyme utilisé à des fins de presse

Articles connexes :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.