Afrique subsaharienne/Foi et religion

Sénégal : aidez-nous à faire libérer et à accompagner des victimes de rafles LGBTphobes

Dimanche soir, une milice religieuse a arrêté 10 homosexuels présumés, dans la ville sainte de Touba, au Sénégal et a exposé leur homosexualité présumée sur la place publique. Des activistes militant en faveur de la protection des personnes LGBTI recherchent une aide financière afin de pouvoir les faire exfiltrer vers les pays voisins.

La police religieuse de Touba, au Sénégal, expose des objets illégaux qu'elle a saisis lors d'une répression contre des objets et des activités illégales dans la ville sainte. Les objets exposés comprennent une pile de ballons de football (en bas à gauche) et une gamme de robes sur mannequins (en haut à gauche). Ils ont également arrêté 10 homosexuels présumés. (Image d'une vidéo de Seneweb TV sur YouTube)

La milice religieuse de Touba, au Sénégal, expose des objets confisqués qu’elle a saisis après une rafle anti-homosexuelle. Lesdits objets contrevenant à la moralité de la ville sainte et religieuse sont les suivants : une pile de ballons de football (en bas à gauche) ainsi que divers ensembles de robes colorés (en haut à gauche). Image extraite d’un contenu vidéo de Seneweb TV sur YouTube.

Les arrestations ont été rondement menées par la milice religieuse Safiyatoul Amal de Touba, à l’occasion d’une cérémonie lundi, marquant l’inauguration d’un nouveau quartier général de ladite milice, qui tend à étendre sa loi et à se substituer à la police sur place.

A cette occasion, les miliciens ont exposé publiquement des individu.es ainsi que des objets raflés, dans le cadre d’une opération main propre visant à assainir les moeurs de la ville-sainte. Parmi les saisies, l’on dénombre : 2641 ballons de foot, 2255 robes et body, 55 tambours, 3164 paquets de tabac, 40 machettes, 30 radios, ainsi que 10 gays présumés, 16 prostituées et 18 personnes animistes.

6 des 10 gays présumés ont finalement été relâchés, non sans avoir subi des tortures et des maltraitances, selon un collectif local qui souhaite rester dans l’anonymat.

Localisation du Sénégal en Afrique de l’Ouest. (Carte de l’AFP)

Pour pouvoir ressortir libres des cachots de la milice Safiyatoul Amal, les 6 jeunes hommes ont dû se repentir devant leurs proches et confesser une homosexualité présumée. 4 autres personnes restées maintenues en détention, l’ont été, car elles refusaient de procéder à ce type d’aveu sous la contrainte, par crainte de représailles émanant de leur famille.

Entre temps, un noyau d’activistes a néanmoins pu allouer une partie de ses fonds pour faire recouvrer la liberté à 3 d’entres eux, en devant toutefois s’acquitter d’une très forte amende. Pour l’heure, cependant, un homme reste toujours retenu dans les geôles des miliciens, dans des conditions décrites comme très difficiles. Quelques militants présents sur place  cherchent à le faire libérer, mais ils ne disposent plus de suffisamment de fonds.

En vertu de la loi sénégalaise, les relations sexuelles entre personnes du même sexe sont passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et près de 1 500 000 francs CFA d’amende (2700 dollars US maximum).

La milice religieuse Safiyatoul Amal dispose sur place d’un réseau d’informateurs pour traquer les homosexuels et les lieux qu’ils fréquentent. D’autre part, elle a recours à des sites de rencontre dédiés aux personnes LGBT pour piéger des hommes sur Internet, déclare un activiste présent dans la région.

Pendant ce temps, la rumeur continue d’enfler quant aux menaces qui pèsent sur le dernier détenu de la rafle qui refuse obstinément de confesser son orientation sexuelle présumée. La rumeur ébruitée à dessein, évoque un probable renvoi devant le procureur de la république, avec des allégations d’inculpation imminente sous le chef d’association de malfaiteurs.

La Grande Mosquée de Touba. (Photo de Wikipédia)

La Grande Mosquée de Touba. (Photo de Wikipédia)

Plus tôt cette année, 6 jeunes hommes ont déjà été condamnés pour actes « contre-nature » en vertu de l’appellation consacrée dans la législation sénégalaise, déclare un expert.

Actuellement, les 9 jeunes hommes libérés trouvent refuge dans un abri sécurisé, dans l’attente d’une éventuelle exfiltration vers un pays voisin, où des préparatifs sont en cours pour pouvoir les recevoir. Toutefois, un total de 840 euros est encore nécessaire pour ce faire.

Depuis 2018, ce collectif anonyme de défenseurs des droits humains, a déjà permis de faire exfiltrer près de 47 victimes de pogroms et d’arrestations, en lien avec leur orientation amoureuse ou leur identité de genre présumées, dans la région de Diourbel (Touba).

Les personnes et organisations souhaitant pouvoir apporter un concours financier aux hommes arrêtés, peuvent nous écrire à l’adresse e-mail suivante : collectiffree@gmail.com.

Empilement d’articles confisqués par la milice religieuse de Touba, au Sénégal. (Image d’une vidéo de Seneweb TV sur YouTube)

Correction: La version originale de cet article indiquait à tort qu’en dehors de Touba, le Sénégal n’a pas de loi contre l’homosexualité.

7 réflexions sur “Sénégal : aidez-nous à faire libérer et à accompagner des victimes de rafles LGBTphobes

  1. Pingback: France: Une demande de l’interdiction d’un chef de police homophobe sénégalais | 76 Crimes en français

  2. Pingback: La violence homophobe se perpétue et se répète dans la « ville-sainte  du Sénégal | «76 Crimes en français

  3. Pingback: Sénégal : Être gay et résister quand des marabouts qui dévoient l’Islam ont le pouvoir | 76 Crimes en français

  4. Pingback: Sénégal : quelques bonnes nouvelles | 76 Crimes en français

  5. Pingback: « Au Sénégal, tous les voyants sont au rouge  | «76 Crimes en français

  6. Pingback: Sénégal : prison ferme pour 7 hommes arrêtés lors d’un « mariage gay  allégué | «76 Crimes en français

Répondre à HAY FREDERIC Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.