Afrique/Afrique subsaharienne/Commentaire

Au Cameroun, une tentative de meurtre à Yaoundé

Logo de la CAMFAIDS

Logo de la CAMFAIDS

Des attaques continuent au Cameroun contre les personnes LGBTI et le militants qui défendent les droits humains, y compris les droits humains des personnes LGBTI.

Ce mois, l’association militante CAMFAIDS a rapporté une nouvelle attaque  à Yaoundé. La victime était le directeur des programmes de la CAMFAIDS (la Cameroonian Foundation for AIDS), une asssociation qui lutte contre le Sida et pour la reconnaissance des droits humains pour les personnes LGBTI.

Jean Jacques Dissoke, coordonnateur juridique de la CAMFAIDS, a rapporté dans Le Mensuel de l’association:

Toujours noyés dans un tourment d’insécurité et d’intolérance sociale, les personnes LGBTI ne trouveront jamais  de stabilité propice non seulement à leur épanouissement mais aussi à la protection de leurs Droits dans la société.

Ce fut encore le cas lundi 12 Octobre 2015 aux environs de 19h, au quartier  dit Mimboman à Yaoundé /Cameroun. Après rapport des faits, le Directeur des Programmes de la CAMFAIDS à la personne de Josué [Mbarga] a été victime d’une tentative de meurtre découlant d’un vol aggravé dans son domicile.

La victime déclare :

Après une longue journée de travail à la CAMFAIDS où j’officie, j’étais allongé dans mon canapé quand soudain quelqu’un tenta de forcer ma porte à peine fermée de l’intérieur. Lorsque je fis cette remarque, je demandai à la personne de se présenter.

A busy street scene in the Mimboman district of Yaoundé, Cameroon. (Photo courtesy of Africa Presse)

Une scène du quartier Mimboman de Yaoundé, au Cameroun. (Photo de l’Afrique Presse)

Une voix inconnue me répondit qu’il était le frère du voisin et qu’il avait urgemment besoin d’un tourne-vis testeur car son compteur d’électricité était en panne.

Alors, j’ouvris ma porte afin d’identifier la personne et allai fouiller ledit testeur que je ne trouverais d’ailleurs pas. A mon retour au salon, je surpris cet inconnu en train de passer un regard suspect sur mes biens meubles. Lorsque je lui demandai de sortir, ce dernier se jeta sur moi et tenta de m’asphyxier à l’aide d’un coussin.

Je m’efforçai à alerter le voisinage quand soudain, il appela son complice Yaya. Etant dans un état inconscient, ils me dépouillèrent d’une somme de 47.000 f CFA [plus ou moins US $80], un lap top, mon téléphone, mes pièces personnelles et autres.

Le voisinage, alerté par les aboiements des chiens, réussit à arrêter l’un des malfrats [Mbara Salle] qui n’est autre que le complice de Yaya.

Quant à sieur Yaya, il réussit à s’échapper en apportant tout le butin avec lui. Confié aux autorités de maintien de l’ordre de la Brigade de Recherche au lieu dit Emombo, ce dernier [Mbara Salle] déclara qu’il s’agit simplement d’une émotion mal digérée de sa part car il aurait appris qu’étant un homosexuel,  j’entretiens des rapports sexuels avec son petit frère, le nommé Yaya. Affirmation qui sema d’ailleurs beaucoup d’inconstance dans ma version des faits car par la suite l’enquêteur me posa plusieurs questions relatives à mon orientation sexuelle, tout en menaçant de passer en revu mon listing des appels.

Sieur mon bourreau [Mbara Salle], complice avéré du denommé Yaya, repondant aux questions des journalistes de la télévision nationale (CRTV)  et celles de la chaine privée  (CANAL2) venus l’interviewer à ladite gendarmerie, a déclaré :

«  J’ étais venu le tuer, cet homosexuel, car c’est bien le sort que méritent tous les homosexuels ».

A ce jour, le sieur Yaya resterait toujours  introuvable. [Mbara Salle a été arrêté le jour de l’agression, de l’assault contre Josué.]

Il convient d’affirmer que, le sieur Yaya n’était pas à son premier forfait car, après investigation, il serait rechercher par d’autres services  de force de l’ordre pour des faits similaires.

Voila comment se caricature le quotidien des personnes LGBTI dans la société camerounaise. Faits qui démontrent à profusion l’insécurité et la violation des droits que courent celles-ci.

Publicités

8 réflexions sur “Au Cameroun, une tentative de meurtre à Yaoundé

  1. Pingback: « Une affaire rocambolesque » au Cameroun | 76 Crimes en français

  2. Pingback: Le football et un défilé pour sensibilisé le Cameroun | 76 Crimes en français

  3. Pingback: Le football et un défilé pour sensibiliser le Cameroun | 76 Crimes en français

  4. Pingback: La violence crée un bénévole pour les LGBT camerounais | 76 Crimes en français

  5. Pingback: 3 cas de violence et de violation au Cameroun | 76 Crimes en français

  6. Pingback: Avocat au Cameroun: Il est temps d’abroger la loi anti-LGBTI | 76 Crimes en français

  7. Pingback: CAMFAIDS: Expulsion et chantage au Cameroun | 76 Crimes en français

  8. Pingback: Cameroun: Le décès du directeur exécutif de la CAMFAIDS | 76 Crimes en français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s