Afrique

Cameroun: Un attentat manqué, motivé par l’homophobie ou la jalousie

Le quartier Essos à Yaoundé (Photo de 237online)

Le quartier Essos à Yaoundé (Photo de 237online)

Par Jacks Oke

Le 19 novembre 2017, par un acte d’homophonie — ou peut-être de jalousie — un habitant du quartier Essos à Yaoundé au Cameroun tente d’attaquer un compagnon de son voisin homosexuel.

La scène se déroule ce dimanche aux environs de 18 heures après la sortie du culte.

Ekamofok (un pseudonyme, comme tous les noms dans cet article), qui est un jeune homosexuel âgé de 18 ans, très timide et attentionné selon les sources, a entrepris son « coming out » il y’a de cela quelques mois. Heureusement pour lui, il a été soutenu par sa famille et son entourage. Il mène de ce fait sa vie au domicile familial sans violence aucune. Il avait une  relation chaleureuse avec le voisinage, qui lui a donc valu l’amitié de celui qu’il considère comme un frère ainé du quartier, nommé Epapara.

Malgré l’apparence de cette amitié, dans le cadre de leur échange au quotidien, ce dernier se montre très homophobe. Epapara aurait filé des avertissements qui sont ceux de ne tolérer en aucun cas ses compagnons, quel que soit leur sexe ou leur orientation sexuelle.

Le quartier Essos à Yaoundé (Photo de Camer.be)

Le quartier Essos à Yaoundé (Photo de Camer.be)

C’est sur ces fondements que sieur Ekamofok est le plus souvent blâmé par Epapara lorsque ledit voisin le voit accompagné soit d’une fille ou encore d’un garçon. Une fois, il aurait même interpellé Loumouk, une amie rapprochée du jeune garçon, lui proscrivant la compagnie de celui-ci.

Tout ceci à quelques fois attirer l’attention des autres voisins et des parents du jeune homosexuel.

Ce jour, ce dimanche, à la sortie du culte où ont pris part sieur Ekamofok et son petit-ami Amaneuh, les deux partenaires décident de passer la soirée au quartier Essos au domicile familial d’Ekamofok. Ils avaient négligé les avertissements et menaces d’Epapara. À leur arrivée sur les lieux, le voisin, les voyant en pleine causerie, sortit armé d’une machette bien aiguisée pour la circonstance.

On aurait dit un acte prémédité et bien préparé. Sur le vent des cris « Pédé» , « Enfant du Diable » et bien d’autres, Amaneuh prit la clé des champs. Sur une course-poursuite bien intense et engagée, Epapara ne réussit pas à le rattraper. Avec l’aide du voisinage et des parents d’Ekamofok, sieur Epapara est calmé et ramené à la raison malgré son acharnement.

Le plus surprenant cependant, reste son comportement envers Ekamofok, qui n’a reçu aucune brimade ou parole déplacée de ce dernier au cours de cette scène. On aurait dit qu’il se faisait passer pour son protecteur.

Dans le cadre d’une réflexion analyste, il convient de s’interroger sur le comportement de ce dernier — est-il épris de jalousie, d’homophobie ou des deux à la fois?

Où sont passés les principes du respect des droits et libertés individuelles au Cameroun ? Quelles valeurs attribue-t-on à la dignité humaine ?

Puisque la jalousie provient de l’amour, doit–on vouloir assassiner le conjoint de la personne dont-on serait amoureux ? C’est à ce sujet que Stanislas de Boufflers disait dans Les pensées et fragments (1816) :

« La jalousie est la sœur de l’amour, comme le diable est le frère des anges ».

Jacks Oke, l’auteur de cet article, est un militant pour les droits LGBTI au Cameroun qui écrit sous un pseudonyme.

Articles connexes dans ce blog:

 

 

 

Publicités

9 réflexions sur “Cameroun: Un attentat manqué, motivé par l’homophobie ou la jalousie

  1. Pingback: Cameroun: Sequestration à Ebolowa | 76 Crimes en français

  2. Pingback: Douala: 2 femmes arrêtée et torturée pour une balade | 76 Crimes en français

  3. Pingback: Douala: 2 femmes arrêtées et torturées pour une balade | 76 Crimes en français

  4. Pingback: Cameroun : Tentative d’assassinat pour ‘sauver l’honneur’ de la famille | 76 Crimes en français

  5. Pingback: Cameroun 2017 : L’enfer des personnes LGBTI | 76 Crimes en français

  6. Pingback: Cameroun : Un abri pour les victimes LGBTI | 76 Crimes en français

  7. Pingback: Cameroun : Quand un gay décide d’affronter ses démons | 76 Crimes en français

  8. Pingback: LGBTI au Cameroun : Des soldats attaquent. Bilan : 3 blessés, 1 mort | 76 Crimes en français

  9. Pingback: Cameroun: Agression homophobe d’un gay à Bertoua | 76 Crimes en français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s