Afrique

Cameroun: Une visite LGBT-friendly, une peine d’emprisonnement avec sursis

Une nuit à un snack LGBT-friendly finit avec l’arrestation pour l’homosexualité.La localisation de la ville de Douala au Cameroun. (Carte de Wikipedia)

Patience Friede, défenseuse des droits humains au REDHAC, rapporte:

Dans la nuit du 7 au 8 mars 2018, la jeune lesbienne Tchuandem Megayie Vicky, est dans un snack gay avec des amis hétéros qui voulaient découvrir le milieu homosexuel.  Aux environs de 3h du matin ils sont rentrés et Tchuandem Megayie Vicky ne pouvant pas le faire suite à l’insécurité qui règne dans son quartier de Douala. Elle est resté dans le snack,.

Par la suite elle s’est retirée du bruit du snack et va dans un coin ou il y a moins de bruit pour décrocher au téléphone.

À ce moment, un monsieur en civil l’interpelle et lui demande de se présenter.  Ne sachant pas qui il est, Vicky lui demande qu’il se présente d’abord. Il s’est mis à la bastonné, disant qu’elle ne lui apprend pas son travail.

Lorsque ses collègues arrivent, il demande à ce qu’on arrête Vicky. Ils l’ont transféré à la brigade de Ndogbong le jour même. Elle est mise en cellule avec des hommes et interdit de tout appel et soins médicaux.

Le lendemain vers 11h, Vicky est déféré au parquet de Ndokoti (Tribunal de Première Instance de Douala-Ndokotti). Le monsieur lui promet de l’envoyer en prison pour l’homosexualité. Lors du transfert vers la cour, Vicky est reconnu par un ami qui alerte immédiatement l’association REDHAC (le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale).

REDHAC la permet d’avoir de l’assistance judiciaire auprès du procureur qui lui accorde la liberté provisoire le temps du procès.

Le procès qui est renvoyé à deux reprises donc au final a lieu le 13 avril. Le verdict n’est pas en sa faveur.

Les juges statuant en matière correctionnelle rendent un jugement :

Vicky est condamnée à une peine d’emprisonnement de 06 mois avec sursis pendant 03 ans. Si elle est accusée une nouvelle fois  pour l’homosexualité elle sera mise en prison pour les 3 ans de sursis et le tribunal pourras ajouter à cela une nouvelle peine.

Elle veut déposer un appel, mais elle ne dispose pas des fonds nécessaires à cet effet.

Si vous voulez l’aider, écrivez à Patience Friede, défenseuse des droits humains au REDHAC, (patiencefriede@hotmail.com).


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s