Commentaire

Aperçu des droits: Répercussions, mais aussi du progrès

Dans nombre des plus de 76 pays avec des lois anti-gay, les personnes LGBTI ont récemment connu les répercussions des forces anti-LGBTI, alors même que la lutte pour les droits des LGBTI continue. Mais Ken Roth, le directeur exécutif de Human Rights Watch, dit qu’il est important de ne pas oublier les progrès réalisés pour assurer la justice pour tous.

Vous trouverez ici des extraits d’une séance de questions-réponses avec Roth au blog du Forum économique mondial:

Comment s’attaquer aux répercussions contre les droits des gays?

Ken Roth, executive director of Human Rights Watch (Sarah Shatz photo coutesy of Brown.edu)

Ken Roth, directeur exécutif du Human Rights Watch (Photo Sarah Shatz de Brown.edu)

Près de 2,8 milliard de personnes vivent dans des pays où l’identification en tant que gay pourrait mener à l’emprisonnement, les châtiments corporels, voire la mort. En contraste frappant, seulement 780 millions de personnes vivent dans des pays où le mariage de même sexe ou les unions civiles sont un droit légal.

Ces chiffres, rapportés par l’Association internationale des lesbienne et des gays en mai 2014 montrent qu’il y a encore beaucoup à faire dans l’effort pour atteindre les droits universels pour les communautés LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) du monde entier. Pourtant, il a également eu des progrès significatifs au cours des dix dernières années, ce qui devrait aussi être reconnu.

Quels sont les progrès sur les droits LGBT depuis que vous avez établi le programme des droits LGBT au Human Rights Watch il y a 10 ans?

Il y a eu d’énormes progrès globalement et localement. Il est important de noter que la lutte pour les droits des LGBT n’est pas un seulement phénomène occidental;  beaucoup de gouvernements à la pointe de la défense des droits des LGBT sont des pays en voie de développement. La résolution historique pour les droits des LGBT au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies adoptée en septembre 2014 a été menée par les gouvernements de l’hémisphère sud, principalement en Amérique latine, et soutenue par d’autres pays de partout dans le monde, y compris l’Afrique du Sud.

Display shows U.N. Human Rights Council votes on the SOGI resolution.

L’écran indique le vote au Conseil des droits de l’homme sur la résolution LGBT

Même les gouvernements qui étaient en général opposés à l’application des droits humains, tels que Cuba, le Venezuela et le Vietnam , ont appuyé la résolution.

Pourtant, en raison de ce soutien mondial, nous remarquons des répercussions  récemment intensifiés. Dans une large mesure, cela est dû à une plus grande visibilité de la communauté LGBT dans les sociétés qui commencent  à reconnaître leurs droits. Mais les personnes LGBT sont aussi des boucs émissaires pour les leaders assiégés, qui tentent de rallier le soutien des secteurs les plus conservateurs de leur société. Qu’il s’agisse de l’Ouganda, du Nigéria ou de la Russie, les répercussions touchant la communauté LGBT sont le résultat de sérieux défis aux régimes, à la corruption généralisée ou à l’autocratie abusive.

Le statut de la communauté LGBT est un bon test décisif pour l’état des droits de la personne dans la société de façon la plus générale, précisément parce qu’elle est une minorité vulnérable – analogue au canari dans la mine de charbon. Lorsque les droits des personnes LGBT sont assaillis, vous pouvez être sûr que les droits d’autres minorités et des membres de la société civile à voix critiques seront bientôt également menacés.

Lorsque vous faites la rétrospective de la dernière décennie, quel était le principal moteur de changement, dans la réglementation et de l’état d’esprit des gens?

De profonds changements en société ont menés à la plus grande reconnaissance des droits des LGBT, telles les relations plus équitables entre les sexes, la révolution des droits en général et un plus grand respect de l’autonomie individuelle. Dans ce contexte, vous avez vu la population LGBT s’affirmer progressivement, et alors les gens découvert soudainement qu’ils ont un frère ou un fils gay ou un voisin ou un proche collaborateur gay, ce qui a commencer à forger construire la perception publique et de renforcer l’évolution sociale.

L’intolérance existe facilement dans un contexte d’ignorance, mais lorsqu’on est intolérant face à un ami proche ou un voisin, on commence à penser: « Peut-être que les personnes LGBT sont réellement des bonnes personnes; peut-être je devrais reconnaître leurs droits. Pourquoi ne peuvent-ils pas aimer qui ils veulent, tout comme je le peux? » Toutefois, la crainte persistante de « l’autre » est également applicable à d’autres tendances que nous voyons dans notre rapport : Outlook on the Global Agenda  (Perspectives de l’agenda Mondial du Forum économique mondial) de cette année – tels l’augmentation du nationalisme et le sentiment anti-immigrant. …

En Ouganda, par exemple, la communauté LGBT souffre des répercussions dans un contexte artificiel – la fable que l’homosexualité en général est une importation étrangère et ne fait pas partie de la culture traditionnelle. Une grande ironie se pose ici parce que beaucoup d’homophobie est le produit des interventions par le mouvement évangélique américain bien financée, et les interdictions en place sont une continuation des interdictions de l’époque coloniale britannique sur les relations de même sexe. En outre, il n’y a pas eu de parachutage occidental secret de gays plantés dans d’autres cultures – une population LGBT existe dans toutes les sociétés depuis toujours; les gays ont tout simplement été plus ou moins ouverts, en fonction de la politique et la mentalité courante.

Compte tenu des répercussions, qui devrons-nous viser pour les combattre ?

St. Petersburg protester compares the 1936 Olympics in Nazi Germany with the 2014 Winter Olympics in anti-gay Russia. (Photo by Yury Goldenshtein, courtesy of the Straight Alliance for LGBT Rights.)

Un manifestant à Saint-Pétersbourg compare les Jeux olympiques de 1936 dans l’Allemagne nazie avec les Jeux olympiques d’hiver de 2014 anti-gay en Russie. (Photo de Yury Goldenshtein, de la Straight Alliance for LGBT Rights)

Commencez par les responsables des répercussions et leurs politiques. En réponse à l’environnement homophobe créé autour des Jeux olympiques de Sotchi, le Comité international olympique a récemment annoncé de nouvelles politiques pour la sélection de la ville hôte, notamment l’obligation de la non-discrimination complète. Cela dit tacitement que si la Russie avait fait la promotion de l’environnement homophobe au moment de la sélection, Sotchi n’aurait pas été sélectionné. C’est un signal très important à envoyer.

En même temps, il doit y avoir un effort éducatif largement coordonné. Tout ce qui peut contribuer à augmenter la visibilité des personnes LGBT, à aller au-delà des stéréotypes et de l’ancienne ignorance, pour montrer que les gais occupent la même gamme de positions dans la vie et en société comme tout le monde; cela vous aidera à agir pour assurer que le changement social se produise plus rapidement. …

Quel rôle les parties prenantes non gouvernementales peuvent-elles jouer, par exemple, les entreprises?

Les affaires sont l’un des acteurs importants au débat. Une part importante des consommateurs exigent le respect des droits des LGBT de sorte que les géants de l’entreprise globale ne peuvent pas s’échapper de permettre la discrimination au lieu de travail ou d’embrasser l’homophobie dans aucun sens. Cela devient important, car ces entreprises vendent au niveau mondial et ainsi, elles peuvent devenir des oasis de respect pour les droits des LGBT, même dans les sociétés où le gouvernement n’a pas rattrapé l’agenda.

John Browne (Lord Browne), former chief executive of BP (Photo courtesy of BBC)

John Browne (Lord Browne), ancien directeur général de BP (Photo de la BBC)

Où les affaires échouent  actuellement, c’est en embrassant des modèles. Lord Browne regrette ne pas être plus ouvert qu’il est gay lorsqu’il était directeur général de BP, et il est triste de constater que de nombreux chefs d’entreprise prévoient encore qu’ils doivent vivre dans le placard. Le plus les entreprises peuvent mettre en évidence des personnes LGBT parmi leur leadership, le plus vite ces transformations sociétales seront encouragées. Cela dit, si vous regardez le nombre de dirigeants de sociétés et de personnes en politique qui s’annoncent  maintenant par rapport à ce qui se passait il y a dix ans, nous constatons un bon progrès.

Pensez-vous que la communauté internationale est bonne conductrice pour les droits des LGBT?

L’action positive est prise à différents niveaux – local, national et mondial. Ce qui se passe à l’ONU est important dans le cadre de l’effort pour l’acceptation des droits des LGBT; d’avoir un tel vote tellement positif est une réprimande importante pour les gouvernements qui veulent prétendre que l’homophobie et l’intolérance sont conformes aux normes internationales des droits humains. Ils ne sont pas.

Autres choses que les institutions internationales peuvent faire, recueillir des données sur le traitement de la communauté LGBT dans le monde entier pour enquêter auprès des gouvernements qui ne répondent pas à la reconnaissance des droits. Peut-être le plus crucial, c’est de défendre l’espace politique dans lequel fonctionnent les militants locaux des droits humains.  Les organisations internationales et plurilatérales, comme le Forum économique mondial, pourraient bien jouer un rôle sérieux dans ce débat, en organisant des séances consacrées à l’évolution des droits des personnes LGBT. Par exemple, une session sur les meilleures pratiques en affaires en matière des droits LGBT donne l’occasion de parler, pas seulement  des étapes formelles de non-discrimination, mais aussi du rôle de direction plus personnel que les compagnies pourraient jouer.

Quel genre de défis les groupes de droits civils ont-ils fait face au cours de la dernière décennie?

Aswat Masriya used this Reuters photo of the 2001 arrests in the Queen Boat incident to illustrate its report on last week's El-Marg arrests.

En 2001, la police égyptienne a arrêté 52 présumés homosexuels sur la discothèque Queen Boat sur des accusations de «l’immoralité sexuelle.» (Photo de Reuters à partir d’une grande variété de publications en ligne)

Il y a dix ans, nous avons créé un programme LGBT formel au sein de Human Rights Watch parce que nous voulions faire valoir que les droits des LGBT sont une partie essentielle de l’agenda des droits de la personne. Une de nos premières interventions réelles a eu lieu en Égypte, où il y avait eu une répression et un raid sur ce qui a été appelé le «Queen Boat»; c’était nettement un bateau dans le Nil qui avait un bar gay; les gens ont été arrêtés et sauvagement battus par la police.

Human Rights Watch a lancé une protestation, mais quelques-uns de nos collègues égyptiens nous ont chicané, affirmant que l’homosexualité était une conduite immorale, et que la répression des gays n’était pas une question de droits humains. Ils craignaient que leur travail plus large des droits humains serait discrédité si ils prenaient parti pour  les droits des LGBT. Maintenant, les temps ont changé et vous n’avez pas plus à entendre cet argument; il y a un mouvement égyptien vigoureux qui comprend les droits des LGBT dans le cadre de son programme élargi des droits de la personne. Mais cela montre les pressions auxquels les groupes de la société civile peuvent faire face lorsqu’ils saisissent un domaine qui a été circonscrit par l’homophobie et des points de vue régressifs.

Quel est votre plus grand espoir et votre plus grande préoccupation pour l’avenir des droits des LGBT?

Évidemment, les répercussions négatives sont ma plus grande préoccupation pour le moment. En termes d’espérance, l’homophobie est encore l’une des dernières formes acceptables d’intolérance dans certaines régions, et mon espoir est que cela change.

 

Pour plus d’informations, lire l’interview au complet (en Anglais) au blog du Forum économique mondial.

Cliquez ici pour voir ou lire tous les articles au blog 76CrimesFR.com où nous citons le Human Rights Watch.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s