Afrique/Afrique subsaharienne

Cameroun: Arrestation de 12 pour possession de préservatifs

Par Erin Royal Brokovitch

carte-cameroun

Dans la nuit du 29 au 30 novembre 2016, 12 personnes ont été appréhendées par les éléments de la brigade de gendarmerie d’Emombo dans un vidéo club.

À ce jour, tous ont déjà été libérés grâce à l’intervention de l’avocat du projet Fonds Mondial, mais l’affaire relance le préoccupante problématique des risques liés à l’utilisation du matériel de prévention contre le VIH/Sida pour les HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec hommes) au Cameroun.

Il était environ minuit lorsque les gendarmes ont débarqué au vidéo club. Les 12 personnes présentes sont alors trouvées avec du matériel de prévention contre les IST et le VIH/Sida que l’association Humanity First  leurs a distribué la veille à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le Sida.  C’est parce qu’elles ont en leur possession ces préservatifs et gels lubrifiants, et de regarder des vidéos gays que les gendarmes les accuseront de pratiquer l’homosexualité à cet endroit. Ce que les concernés ne reconnaissent pas souvent faire à cet endroit.

Pourtant, les éléments de la brigade de gendarmerie trouvent les personnes présentes au vidéo club sagement assises, tel que le rapporte le gatekeeper du vidéo club. Rien n’y fait, comme à leur habitude quand ils pensent avoir déniché la proie homosexuelle, les gendarmes en font des tonnes : ils forcent les pauvres à avouer qu’ils sont homosexuels et qu’ils fréquentent cet endroit parce que c’est un lieu d’homosexualité.

Les 12 personnes seront arrêtées et conduites en totalité à la brigade de gendarmerie d’Emombo de Yaoundé.

Logo d'Alternatives Cameroun

Logo d’Alternatives Cameroun

L’affaire commence, comme le relate le communiqué de presse conjoint publié par les associations Alternatives Cameroun et Humanity First, par l’interpellation  quelque temps plus tôt, de deux jeunes garçons pour défaut de carte d’identité. Ceux-ci ont alors sur eux des préservatifs et gels lubrifiants. Les gendarmes les interrogent sur la provenance de ces produits et déduisent qu’ils sont homosexuels car c’est selon eux du matériel généralement utilisé par les homosexuels. Pris de peur, les jeunes les conduisent au gatekeeper qui le leur a distribué et trouvent sur place les 12 personnes en train de visionner un vidéo. Avec sur eux, eux aussi, ce matériel de prévention.

Les gendarmes cherchent à vérifier la provenance des préservatifs et gels lubrifiants que les victimes avaient en leur possession, auprès d’ONUSIDA tel que rend compte Jules Eloundou, le président de Humanity First Cameroon.

Réputation d’acharnement

Il faut par ailleurs noter la réputation d’acharnement de cette unité de gendarmerie d’Emombo contre les homosexuels et son palmarès triste par rapport aux arrestations et détentions des personnes au motif qu’elles seraient homosexuelles.

Logo de Humanity First Cameroon

Logo de Humanity First Cameroon

L’on se souvient en effet de plusieurs cas déjà signalées dans cette brigade, notamment le cas du jeune Hervé, séquestré dans cette unité en avril 2016 suite à un piège à lui tendu par un élément de la garde présidentielle. Et de l’acharnement du commandant de cette unité, ESSO  Jean, qui promettait d’en découdre avec les responsables de Humanity First et poursuivre la traque aux homosexuels qu’ils seraient. L’on se souvient aussi des nombreuses fois où les femmes trans Jonas et Francky étaient détenus dans cette unité au cours des années antérieures.

Dans la journée du 30 novembre, après l’interpellation de Jules Eloundou, qui a signalé cette affaire grave, le conseiller juridique du projet Fonds Mondial volet VIH-Prévention, qui assure les interventions pour ces cas d’arrestations, a été saisi et s’est rendu sur place.

Issue heureuse

Grace à ses visites sur place à la brigade et les échanges avec le commandant de  brigade, dans la journée du jeudi 1er décembre, sept personnes parmi les 12 sont d’abord remises en liberté. L’avocat Maitre Jatan NDONGO, conseiller juridique du projet Fonds Mondial Volet VIH prévention, qui avait été saisi pour intervenir dans ce cas, a fait part de sa détermination à « obtenir l’élargissement des autres personnes », c’est-à-dire leur libération. Au cours de la même journée autour de 16h 30, les cinq autres sont remis en liberté.

Depuis que ce cas a été signalé, les associations se sont inquiété au premier  plan pour ce cas fort préoccupant et se sont concerté pour apporter une réponse efficace.

Un mauvais signal

Ceci étant, il demeure qu’avec ce cas, c’est un très mauvais signal qui est encore envoyé contre les actions de lutte contre le VIH/Sida qui décime la communauté gay au Cameroun, au sein de laquelle la prévalence est estimée à 35%. Et les messages de sensibilisation pour l’utilisation systématique du matériel de prévention qui sont véhiculées au travers des différents programmes de lutte contre les IST-VIH/Sida au Cameroun, en direction de cette catégorie, considérée comme « population clé ».

Dans leur communiqué de presse, les deux associations dénoncent :

  • Utilisation du matériel de prévention contre le VIH pour matérialiser l’homosexualité des individus ;
  • Cette recrudescence après un temps d’accalmie des cas d’arrestation des personnes sur le fondement de l’orientation sexuelle.

Au vu de ces faits, ils en appellent ainsi à :

  • Un dialogue entre le Ministère de la Santé Publique et le Ministère de la Justice dans le cadre des programmes de Lutte contre le  Sida en direction des populations clés ;
  • Les différents programmes de lutte contre le Sida à impliquer davantage les acteurs clés, notamment les acteurs du corps judiciaire et les forces de l’ordre dans la gestion des violences basées sur le genre et de gestion des risques afin de faciliter l’atteinte des objectifs.

Erin Royal Brokovitch, l’auteur de cet article, est un militant pour les droits LGBTI au Cameroun qui écrit sous un pseudonyme.

Articles connexes dans ce blog:

 

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Cameroun: Arrestation de 12 pour possession de préservatifs

  1. Pingback: Cameroun: Arrestation de 12 pour possession de préservatifs | 76 Crimes en français – Michel Evanno

  2. Pingback: Cameroun: Arrestation de 12 pour possession de préservatifs | 76 Crimes en français | LGBT Press

  3. Pingback: Cameroun: 2 bars conviviaux ferment leurs portes aux gays | 76 Crimes en français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s