Afrique/Afrique subsaharienne

Cameroun : nouveau code pénal, l’homosexualité toujours réprimée

L'Assemblée nationale du Cameroun (Photo d'EspacePme.cm)

L’Assemblée nationale du Cameroun (Photo d’EspacePme.cm)

Par Jean Marc Yao 

Un nouveau code pénal vient d’être adopté par l’assemblée nationale camerounaise. (Voir le sites d’information en ligne Cameroun-Info.net., Camer.beCamerPost et VOA Afrique.)

Malheureusement, ce nouveau code pénal vient confirmer la tendance homophobe de l’Etat du Cameroun. En effet, comme le texte datant de 1967, le code pénal adopté le 22 juin 2016 punit l’homosexualité de 5 ans d’emprisonnement.

Il est à noter que l’adoption de ce nouveau code pénal a été boycottée par les députés du principal parti de l’opposition, le Social Democratic Front (SDF). Toutefois, la nature homophobe du texte n’est pas forcément la raison du boycott fait par les députés de l’opposition.

Le fait est que le nouveau code pénal contient plusieurs autres dispositions contraires aux droits humains, ou encore qui sont une entorse à la démocratie. Ce sont, par exemple, le maintien de la peine de mort et l’immunité concédé aux ministres en fonction.


Augmenter les frustrations et le mal être

Alice Nkom , co-fondateur de l'Association pour défendre les homosexuels ( ADEFHO ) au Cameroun (Photo de ChangingAttitude.org.uk ) Avocat camerounais Alice Nkom a été menacé de violence en raison de sa défense juridique des clients LGBT.

Alice Nkom

Camer.be rapporte que Me Alice Nkom, la présidente du Conseil d’administration du Réseau des Défenseur des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC), a dit que REDHAC avait attendu:

« de la part du gouvernement et principalement du ministre de la Justice un projet de loi réprimant les autorités administratives qui violent au quotidien les libertés fondamentales et qui font subir les représailles de toutes sortes aux défenseurs des droits humains, aux journalistes et autres activistes qui occupent l’espace auprès des citoyens que l’Etat a abandonné.

Le Redhac demande purement et simplement le retrait de ce projet et loi et met le gouvernement en garde qui au lieu de promouvoir et protéger les droits humains, ne fait qu’augmenter les frustrations et le mal être, sources d’un soulèvement populaire et d’insécurité en tout genre. »

Des débats houleux

Camerpost rapporte qu’au cours d’une séance plénière de l’Assemblée nationale « particulièrement longue » , avec des débats « particulièrement houleux  » :

« D’autres aspects débattus en plénière ont porté sur la question de la pénalisation de l’homosexualité pour laquelle Laurent Esso s’est étonné de ce que l’attention des députés ne porte que sur la « faiblesse » de l’amende pécuniaire. Le ministre d’Etat a indiqué que les personnes reconnues coupables de ces pratiques risquent bien entre six mois et cinq ans de prison. »

Articles connexes:

 

Publicités

3 réflexions sur “Cameroun : nouveau code pénal, l’homosexualité toujours réprimée

  1. Pingback: Cameroun: Les médias sociaux deviennent un danger | 76 Crimes en français

  2. Pingback: Appel conjoint pour les filles, jeunes LGBTI du Cameroun | 76 Crimes en français

  3. Pingback: Danseurs au Cameroun: humiliés, torturés, dégradés | 76 Crimes en français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s