Afrique subsaharienne

Aidez-nous à libérer deux homosexuels, exposés et arrêtés au travail

EN CLIQUANT SUR L’IMAGE VOUS POUVEZ FAIRE UN DON POUR LIBÉRER NICK ET ALLEN. (Illustration de Vincent Kyabayinze, East Africa Visual Artists / EAVA Artists)

Deuxième d’une série d’articles sur les victimes LGBT d’homophobie incarcérés à la prison centrale de Yaoundé au Cameroun.

Par Courtney Stans

Allen était comptable dans une entreprise et Nick, secrétaire dans la même compagnie. Ils sont tombés amoureux au premier regard. Très vite, ils se sont mis en couple, puis ils ont emménagé ensemble.

Ils ont préféré vivre leur amour discrètement et ont décidé de cacher leur relation à leurs collègues.

Cependant, leur patron a quand même découvert leur relation.   » On vivait heureux mais cachés. Notre travail était plutôt apprécié par notre patron jusqu’au jour où il nous a surpris dans un café. En effet, nous étions sortis un samedi soir pour faire une balade. Puis nous avons décidé de boire un verre dans un café très discret. On discutait tranquillement quand notre patron est entré dans le bar. C’était le début de l’enfer ” raconte Allen.

Après cet épisode dans le bar, les deux amoureux n’ont été ni brimés ni renvoyés. Ils ont continué à travailler normalement sans se douter de rien. Après deux mois sans salaire, ils se sont rendus compte qu’ils étaient les seuls à ne pas recevoir de salaire.

Ils ont été voir leur patron pour avoir des explications. Ils se sont fait menacer par ce dernier et une dispute a éclaté. Leur patron a fini par appeler la police et les deux hommes ont été arrêtés puis mis en garde à vue.

Les policiers ont commencé à mener des enquêtes sur leur vie privée. Ils leur ont demandé s’ils avaient des enfants, pourquoi ils n’étaient pas mariés etc. Ils ont finit par conclure qu’ils étaient un couple homosexuel.

Allen et Nick ont été reconnus coupables d’avoir violé la législation camerounaise. En octobre 2020, ils ont été condamnés à 18 mois de prison. Ils ont été incarcérés à la prison centrale de Yaoundé, un lieu où les détenus doivent survivre dans des locaux sales et surpeuplés, avec un seul repas (souvent mal préparé) par jour.

Vous pouvez contribuer à leur libération en faisant un don au Projet Pas Seul / Not Alone 2021.

Allen et Nick font partie des 11 victimes LGBT détenues à la prison centrale de Yaoundé. Six autres Camerounais LGBT y purgent également des peines de prison, ainsi que trois détenus LGBT qui sont enfermés depuis plus d’un an dans l’attente de leur procès.

Le Projet Not Alone / Pas Seul 2021 vise à lever des fonds pour payer les frais juridiques des trois détenus en attente de jugement; les amendes d’Allen, de Nick et de six autres prisonniers; et quatre livraisons bimensuelles de nourriture et d’articles d’hygiène aux 11 prisonniers LGBT. Aucun de ces 11 détenus n’a été accusé d’une infraction pénale autre que l’homosexualité.

Le montant total que nous devons récolter s’élève à 7 226 dollars E-U. Il comprend 3 014 dollars pour le paiement des amendes, 2 230 dollars pour les dépenses liées à la défense juridique bénévole et 1 982 dollars pour les livraisons de nourriture. Au moment de la publication de cet article, 6 886 $ ont été versés au projet visant à mettre fin aux abus dont sont victimes les 11 personnes LGBT. Un montant supplémentaire de seulement 340 dollars est nécessaire.

Nick et Allen aspirent à un avenir meilleur. Après leur libération, ils souhaitent émigrer dans un pays occidental où ils pourront vivre sans crainte. En prison, ils sont régulièrement insultés et attaqués par des gardiens et des codétenus homophobes.

Vous pouvez aider ces innocents à payer leur caution et à améliorer leurs conditions de vie en prison.

Pour les aider, ainsi que les neuf autres détenus LGBT, vous pouvez participer au projet Pas Seul / Not Alone. (Ces dons sont déductibles des impôts aux États-Unis).

Les dons peuvent être effectués via :

PayPal
Facebook
GoFundMe

L’agent fiscal du projet est la Fondation Saint-Paul pour la réconciliation internationale, une organisation qui soutient le journalisme de défense des droits LGBTQ+, y incluyant 76crimes.com et 76crimesFR.com.

Pour plus d’informations sur le projet, consultez l’article « Cameroun : Aidez-nous à faire sortir de prison 11 victimes LGBT« .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.