Afrique/Afrique subsaharienne

Cameroun : plus de refuge pour les personnes LGBTI

Par Steeves Winner

Les personnes LGBTI victimes de violences de rejet et d’agressions multiples et répétées en raison de leur oritentation sexuelle ou de leur identité de genre trouvaient jusqu’à lors un soutien psycho-social au sein du refuge géré à Yaoundé par la CAMEROONIAN FOUNDATION FOR AIDS «CAMFAIDS».

Depuis trois ans déjà, la CAMFAIDS bénéficiait d’un appui financier de la part de bailleurs de fonds quant à la gestion expérimentale de l’unité médico-sociale dont elle avait la charge. C’était un centre d’accueil pouvant accueillir huit places au sein d’un quartier sécurisé. C’était un lieu de refuge d’une durée moyenne de trois mois pour les personnes LGBTI en situation d’urgence : exclusion sociale, rupture familiale, perte de domicile, insertion après une détention pour homosexualité en milieu carcéral…

Logo de la CAMFAIDS

Depuis 2017, la CAMFAIDS accueillait au sein du refuge une centaine de personnes dont certaines vivant avec le VIH-SIDA. Outre une prise en charge de l’hébergement et de la restauration, la CAMFAIDS offrait une prise en charge médicale complète ainsi qu’un accompagnement vers la réinsertion et l’autonomisation.

Plusieurs bénéficiaires témoignent d’ailleurs de l’importance de cette maison-relai qui était une innovation mais aussi une solution temporaire à leurs problèmes de sécurité et à leurs besoins de mieux-être en tant que personnes LGBTI. A cet effet, BERNARDO (pseudonyme) nous livre : « ce refuge a été pour moi comme une seconde famille, car j’ai été rejeté par ma famille en Mars 2019 du fait de mon orientation sexuelle. Lorsque je suis arrivé ici, j’ai rencontré des personnes comme moi, ayant vécu des réalités similaires. C’est ainsi que j’ai eu le courage de narrer le récit de mes difficultés liées à l’homophobie, afin de me battre et de garder la tête haute pour redonner un sens à mon existence. »

Pourtant, en ce 6 novembre 2019, malgré cette expérimentation probante avec des retours positifs, le refuge géré par CAMFAIDS est finalement resté porte close pour la première fois depuis trois ans. En effet, des problèmes nouveaux avaient été identifiés, parmi lesquels : l’absence de financement pour renouveler le contrat de bail depuis Mai 2019, des tensions avec le propriétaire des lieux, ainsi qu’une obligation de cohabitation désormais avec de nouveaux publics qui ne sont pas la cible de CAMFAIDS.

Les sept derniers bénéficiaires qui étaient hébergés et accompagnés au sein du refuge ont donc été relogés dans des chambres provisoires aménagées au siège de la structure, dans l’attente d’une solution plus pérenne.

FIONA (pseudonyme) témoigne : « j’ai passé les deux derniers mois au refuge où je me suis affirmée comme personne transgenre. Aimée de tous, je me suis sentie acceptée et épanouie. »

ROGER (pseudonyme), le responsable de l’unité d’hébergement ajoute : « le refuge était un endroit propice et sécurisé pour les personnes LGBTI exposées aux risques de violences de toutes natures. Nous appelons aujourd’hui les partenaires de bonne volonté à déployer les efforts et appuis nécessaires à la réouverture d’un autre centre d’accueil, afin de pouvoir pérenniser cette action indispensable auprès d’une communauté marginalisée.

Steeves Winner, l’auteur de cet article, est un activiste pour les droits LGBTI au Cameroun qui écrit sous un pseudonyme. Contactez le à steeves.w@yahoo.com.

Moïse Manoel, le rédacteur de cet article, vit entre la Guyane française et Paramaribo au Suriname où il effectue ses recherches. Il est en doctorat de sociologie de l’Université des Antilles. Son champ d’études et de recherches sont les homophobies et les néocolonialités dans l’aire du Plateau des Guyanes en Amérique du Sud.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.