Amériques/Commentaire

Droits des LGBTI: hourras au Canada, huées en Jamaïque

Par Maurice Tomlinson, rédaction en français par Denis LeBlanc

Promotional photo for WorldPride Toronto 2014

Photo-promotion pour la WorldPride, Toronto, 2014

Avant les réjouissances du 29 juin à la WorldPride à Toronto, Maurice Tomlinson, activiste de la Jamaïque et premier lauréat du David Kato Vision et Voice Award, a écrit le commentaire suivant de l’opposition entre les célébrations au Canada et la manifestation anti-gay prévue dans son pays d’origine.

Des célébrations de la fierté ont également eu lieu ce week-end à Istanbul, New York, San Francisco, Seattle, en Ouganda et ailleurs.

Toronto WorldPride 2014. (Photo courtesy of Facebook)

WorldPride 2014 à Toronto. (Photo de Facebook)

UN CONTE DE DEUX PARADES.

Toronto WorldPride 2014 calls for justice for LGBTI people in Jamaica. (Photo courtesy of Facebook)

La WorldPride 2014 à Toronto fait appelle à la justice pour les personnes LGBTI en Jamaïque. (Photo de Facebook)

Le 29 juin, Pride Toronto sera l’hôte de la plus grande fête de l’humanité LGBTI dans l’histoire du Canada. Ce sera le point culminant d’un festival de WorldPride fantastique et très réussi. L’événement principal sera bien sûr le défilé tant attendu, qui sera mené par le pionnier religieux gay canadien, le révérend Brent Hawkes, de la Metropolitan Community Church (MCC) de Toronto. Mon mari, Tom, est un pasteur avec le MCC et je marcherai fièrement avec lui et ma communauté de l’église MCC, mais mon sourire va masquer le cœur lourd.

Tandis que moi, et près de 3 millions de personnes (l’équivalent de la population de la Jamaïque) enjamberons les rues de Toronto favorisant les droits humains des personnes LGBTI à travers le monde, en même temps, à Kingston, les groupes religieux organisent chez mon île, une grand manifestation anti gay. Cet événement aura lieu au mépris flagrant de notre devise nationale: «Out of Many, One People.» (Hormis beaucoup, un peuple)

Des voitures avec haut-parleurs ont passé dans les communautés hurlants invocations pour les citoyens d’assister à cet événement; des affiches auront recouvert la ville; prédicateurs ont claironné le «besoin» de cette manifestation de force pour lutter contre «l’agenda homosexuel,» des annonces alarmistes et agressives ont couru dans les médias locaux défendant la nécessité d’une participation dans cette dernière rafale  d’une guerre sainte contre les homosexuels; une panique morale a englouti la nation,  des journalistes irresponsables ont publié des articles et des caricatures sur la prétendue menace que l’homosexualité pose aux enfants; et des conférences de presse au sujet des torrents hystériques de la haine nationale sont faits.

Il y a un sentiment palpable que la Jamaïque est décidément à grands pas en arrière sur la question des droits humains pour les personnes LGBTI, alors que les prêcheurs et les groupes évangéliques de la société civile se positionnent  fanatiquement et frénétiquement pour le pouvoir politique et le soutien financier.

Les groupes chrétiens évangéliques ont menacé à plusieurs reprises le gouvernement jamaïcain qu’ils vont utiliser leur pouvoir pour influencer les élections et punir tout parti politique qui cherche à changer les lois anti-sodomie imposés par les Britanniques lors de l’époque colonial. Le Premier ministre de la Jamaïque a reconnu que c’est une raison pour laquelle elle a rompue sur sa promesse électorale d’abolir cette loi afin de protéger le droit à l’intimité privée des hommes adultes consentants.

Je sais qu’en Jamaïque, comme les autres pays qui ont réussi à aborder cette question, l’amour parle plus fort que la haine. Cependant, comme je marche dans les rues de Toronto avec ma communauté d’une église inclusive, je vais malheureusement réfléchir sur la douleur aveuglante et inutile que l’idéologie religieuse évangélique a infligé à mon île du «One Love.» Je prie pour que la voix des chefs religieux tolérants soit amplifiée dans ma patrie bien-aimée. Jusque-là, je marche et je parle pour ceux qui ne le peuvent pas, même si ça se fait souvent teinté de tristesse.

Je souhaite à tous et à toutes une bonne, heureuse et réfléchissante fête WorldPride.

Article au sujet de la manifestation anti gay en Jamaïque:
Anti-gay protest in Jamaica (Photo courtesy of RJR News)

Manifestation anti gay en Jamaïque (Photo de RJR Nouvelles)

Des milliers se rassemblent pour une manifestation contre «l’agenda homosexuel» (RJR Nouvelles)

Publicités

5 réflexions sur “Droits des LGBTI: hourras au Canada, huées en Jamaïque

  1. Pingback: Cameroun : un village veut se libérer du ‘démon’ homosexuel | 76 CRIMES

  2. Pingback: Cameroun : un village veut se libérer du ‘démon’ homosexuel | 76 Crimes en français

  3. Pingback: OMS: La lutte anti-sida par l’abrogation des lois anti-gays | 76 CRIMES

  4. Pingback: Tribunal ougandais renverse la loi anti gay | 76 CRIMES

  5. Pingback: Tribunal ougandais renverse la loi anti gay | 76 Crimes en français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s