Afrique subsaharienne

Cameroun: Deux homosexuels libérés grâce à vos efforts

Le patron de NIck et Allen a appele la police et les deux hommes sont arrêtés. (Illustration de Vincent Kyabayinze, East Africa Visual Artists / EAVA Artists)

Par Courtney Stans

Tout commence lorsque Allen est comptable dans une entreprise et Nick, secrétaire dans la même compagnie. Ils tombent amoureux au premier regard. Très vite, ils se mettent en couple, puis emménagent ensemble.

Ils préfèrent vivre leur amour discrètement et décident de cacher leur relation à leurs collègues.

Cependant, leur patron découvre leur relation.   

«  On vivait heureux mais cachés. Notre travail était plutôt apprécié par notre patron jusqu’au jour où il nous a surpris dans un café. En effet, nous étions sortis un samedi soir pour faire une balade. Puis nous avons décidé de boire un verre dans un café très discret. On discutait tranquillement quand notre patron est entré dans le bar. C’était le début de l’enfer ” raconte Allen.

Après cet épisode dans le bar, les deux amoureux n’ont été ni brimés ni renvoyés. Ils continuent à travailler normalement sans se douter de rien. Mais après deux mois sans salaire, ils se rendent compte qu’ils sont les seuls à ne pas recevoir de salaire.

Ils vont voir leur patron pour avoir des explications. Ils se sont fait menacer par ce dernier et une dispute a éclaté. Leur patron a fini par appeler la police et les deux hommes sont arrêtés puis mis en garde à vue. Les policiers commencent à mener des enquêtes sur leur vie privée. Ils leur demandent s’ils ont des enfants, pourquoi ils ne sont pas mariés etc. Ils finissent par conclure qu’ils sont un couple homosexuel.

Allen et Nick sont reconnus coupables d’avoir violé la législation camerounaise. En octobre 2020, ils sont condamnés à 18 mois de prison. Ils sont incarcérés à la prison centrale de Yaoundé, un lieu où les détenus doivent survivre dans des locaux sales et surpeuplés, avec un seul repas (souvent mal préparé) par jour.

Allen et Nick (pseudonymes) racontent :

« La vie en prison est un cauchemar car les personnes incarcérées sous le motif d’homosexualité sont deux fois plus méprisées que es pires criminels. Celles-ci doivent vivre cachées et subies des horreurs non seulement de la part des autres prisonniers mais aussi des gardiens de prison. Quelques fois leur repas sont arrachés et sont soumises aux mauvais traitements ».

Face à cette situation, Le Projet Not Alone / Pas Seul lancé en 2019 par la Saint Paul Foundation et ses collaborateurs a pour but d’assister les personnes LGBTI victimes d’emprisonnement sur la base de leur orientation sexuelle, genre et identité/expression de genre mais aussi d’autres types de violations.

En cette année 2021, ce projet a levé des fonds pour la libération et le suivi de 11 détenus notamment 7226 dollars américains. On retrouvait également le paiement des frais juridiques des deux détenus en attente de jugement et les livraisons bimensuelles de nourriture et d’articles. Tout ceci a été rendu possible grâce aux efforts des donateurs/lecteurs.

L’avocat impliqué dans cette affaire grâce aux fonds collecté a permis une libération provisoire en paiement une caution remboursable au tribunal. Ce qui a permis alors la libération des deux amis qui ont pu comparaitre libres jusqu’à leur procès final où ils ont été condamnés et devaient payer les amendes

C’est donc le 10 février 2022 aux environs de 14 heures que les deux conjoints sont libérés de la prison de Kondengui après un suivi minutieux de l’avocat à la charge de l’affaire qui les a d’ailleurs accueilli à leur sortie de prison.

Les deux amis s’expriment sur leur avenir après leur sortie de prison :

 « Pour la suite, nous ne savons pas comment ça va se passer mais nous allons rester dans la ville et monter une petite affaire. Nombreux de mes amis sont ici ils sont disposés à nous apporter un peu d’aide. Car  avec cette expérience de la prison pour avoir réclamer mon salaire, nous ne sommes pas sûrs de retravailler pour quelqu’un.

On va murir notre projet de restaurant de rue et on verra. A cause de notre orientation sexuelle, nous avons passé des moments durs en prison, nous avons besoin de vous la Saint Paul Foundation et ses donateurs.

Comme bonne expérience c’est quand nous sommes passés devant le juge des mois après avoir été placés sous mandat de détention provisoire. Nous ne savions pas quand nous allions être appelés pour être jugés.

Depuis le début de cette histoire, nous n’avons pas vraiment reçu de l’aide. Les visites faites par Steeves nous ont redonné de l’espoir en attendant le jugement »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.