Afrique subsaharienne

Cameroun : pas de rentrée scolaire pour PIK

A la veille de la rentrée scolaire 2021-2022, le jeune PIK âgé de 22 ans et vivant à Yaoundé dans la maison familiale ne retrouvera plus le chemin de l’école à cause de son orientation sexuelle.

Le drapeau du Cameroun

Par Courtney Stans

PIK (un pseudonyme) a toujours vécu avec ses parents dans une ambiance très familiale alors que ces derniers ne se sont jamais doutés de l’orientation sexuelle de leur fils vivant de manière très réservée sa sexualité.

Le vendredi 27 aout dernier, PIK reçoit la visite de son ami au domicile familiale. Ignorant la présence de sa maman assise au salon alors que les deux amis étaient installés sur la véranda. Les deux conjoints se livrent à des conversations relatives à leur relation homosexuelle.

Selon PIK :

« Je n’ai pas mesuré l’ampleur des risques et mon conjoint MARK et moi, nous nous sommes lancés dans des conversations relatives à notre relation homosexuelle .On se racontait nos ambitions sentimentales et faisant des déclarations d’amour. La maman a surgi afin de voir avec qui je discute. A sa grande surprise, c’est un jeune garçon comme moi au nom de Mark (encore un pseudonyme), mon conjoint.

« Je n’ai pas mesuré l’ampleur des risques et mon conjoint MARK et moi, nous nous sommes lancés dans des conversations relatives à notre relation homosexuelle .On se racontait nos ambitions sentimentales et faisant des déclarations d’amour. La maman a surgi afin de voir avec qui je discute. A sa grande surprise, c’est un jeune garçon comme moi au nom de Mark, mon conjoint.

« Coincés et sous le coup des interrogations à n’en plus finir, nous sommes passés aux aveux même si je voulais faire croire à ma maman qu’il s’agissait d’une blague. Chose qu’elle refusa de croire catégoriquement et rétorqua : « je comprends pourquoi, à ton âge tu n’as pas de copine et tu ne traines qu’avec les garçons. »

« MARK réussit à s’enfuir rapidement sous les menaces de ma maman. Au retour de mon papa, les deux décident de ne pas me faire partir de la maison mais de plus me payer les études à l’université où je devrais cette année présenter la licence.

« Disent-ils : « c’est là-bas à l’université que tu fais ces rencontres et te lance dans ces relations homosexuelles. Désormais, tu resteras à la maison pour oublier tout cela. C’est ton homosexualité diabolique qui te paiera désormais les études. » »

Ce cas n’est que l’un des péripéties que vivront certainement les personnes LGBTI à la veille de cette rentrée scolaire du fait de leur orientation sexuelle. A cause de cela, les personnes LGBTI voient régulièrement leur droit à l’éducation violé par leurs parents, leurs enseignants et bien d’autres qui ne comprennent pas toujours cela.

L’auteure de cet article, Courtney Stans, est une journaliste camerounaise qui écrit sous un pseudonyme. Contactez-la à info@76crimes.com.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.