Afrique subsaharienne

Cameroun : Une collecte de fond pour aider une lesbienne enceinte à la suite d’un viol collectif

Abigail, une jeune femme homosexuelle, est tombée enceinte à la suite d’un viol collectif. Elle a besoin d’une aide financière pour préparer l’arrivée de son bébé. Pour l’aider, faites un don via PayPal, Facebook ou GoFundMe. La Fondation Saint-Paul lui transmettra tous les fonds récoltés.

Abigail fait face à un avenir incertain. (Photo par Courtney Stans)

Par Courtney Stans

Abigail est une jeune femme homosexuelle de 28 ans. Elle partage une chambre modeste avec sa compagne de 24 ans. Le couple s’est installé dans la ville de Mbalmayo pour vivre leur idylle loin de leur famille.

Le 28 décembre 2020, en rentrant de son travail, Abigail a été interpellée par trois jeunes hommes de son quartier. Ils l’ont agressé verblament, la traitant de lesbienne et de lécheuse de chatte.

Choquée par ces insultes, Abigail a décidé de ne pas se laisser faire et de les affronter. L’un d’entre eux la poussa violemment sur le sol tandis qu’un autre déchirait sa mini-jupe. Puis, les trois agresseurs l’entrainèrent dans une maison abandonnée où ils la violèrent à tour de rôle sans préservatif.

Après l’avoir violée, ils lui volèrent ses effets personnels à savoir son portefeuille et son téléphone.

Elle passa les heures suivantes à souffrir nue sur le sol. Quand elle reprit des forces, elle regagna son domicile. Sa compagne l’a immédiatement conduit dans un centre de santé où elle passera un test de dépistage pour le VIH et sera mise sous prophylaxie.

Abigail a ensuite déposé une plainte contre X auprès des autorités de la ville. L’enquête est toujours au point mort car aucun nouvel élément n’a été découvert.

La ville de Mbalmayo au sud de Yaoundé

Quelques semaines plus tard, Abigail se rendit compte qu’elle était enceinte. Elle avait peur de recourir à l’avortement car c’est un crime réprimé par la législation camerounaise.

Récemment, elle a reconnu l’un de ses agresseurs dans la rue. Néanmoins, ce dernier a quitté leur quartier quelque temps après. Il reste à ce jour introuvable. Abigail n’a pas informé la police de peur que son homosexualité soit dévoilée et qu’elle finisse par se faire également arrêter.

Elle possédait une épicerie où elle vendait des fruits, des bonbons, des biscuits et des cigarettes. Elle a dû fermer son commerce pour payer ses frais d’hospitalisation. Elle et sa compagne n’avaient plus la force d’aller travailler, elles ont donc utilisé toutes leurs économies pour subvenir à leurs besoins quotidien.

Les parents d’Abigail ne sont pas au courant de son homosexualité ni de sa vie de couple. Elle a dû quitter le cocon familial pour vivre librement, à l’abri des regards et des jugements. Elle est désormais enceinte de 4 mois et s’inquiète pour l’arrivée de cet enfant.

Abigail nous a confié qu’elle avait tenté de se faire avorter mais la procédure n’a pas fonctionné et la grossesse n’a pas pu être interrompue. Son médecin lui a recommandé de garder l’enfant car elle pourrait mourir en tentant un deuxième avortement.

Abigail a besoin d’aide pour faire face à cette situation. Pour retrouver une autonomie financière et relancer son commerce, elle a besoin d’un capital de 200 000 FCFA (environ 305 euros) et de 300 000 FCFA (environ 357 euros) pour payer ses frais médicaux et préparer l’arrivée de son bébé.

La Fondation St. Paul’s, le sponsor financier de 76 Crimes en français, est en cours d’une collecte des fonds pour Abigail. Veuillez faire un don via PayPal ou Facebook , qui transmettent 100 % des dons pour Abigail, ou via GoFundMe, qui déduit des frais de traitement d’environ 2,20 euros par 100 euros donnés.

L’auteure de cet article, Courtney Stans, est une journaliste camerounaise qui écrit sous un pseudonyme. Contactez-la à info@76crimes.com.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.