Afrique subsaharienne

Cameroun : 4 refuges LGBTQ+ accueillent les victimes de violences homophobes

Quatre associations LGBTQ+ ont ouvert des refuges pour accueillir toutes personnes LGBTQ+ ayant subi des violences homophobes ou un rejet familial au Cameroun.

La cérémonie d’inauguration du refuge par la Camfaids à Yaoundé,au Cameroun. (Photo de Camfaids)

Par Courtney Stans

Le projet Human Rights Grant Program (HCGP) de Care Cameroun financé par Pepfar (plan d’urgence du président américain pour la lutte contre le sida) et supervisé par l’USAID a été développé dans l’objectif de diminuer les violences et les viols contre les personnes LGBTI  au Cameroun. Quatre organisations défendant les droits de l’homme à savoir la CAMFAIDS (Yaoundé), 2HRC (Bertoua), Alcondoms (Douala) et Colibri (Bafoussam) ont pris l’initiative de créer des refuges pour les personnes LGBTQ+ dans leurs villes respectives.

En effet, on assiste à une explosion de violences contre la communauté LGBTI. Elles se manifestent par des agressions morales voire physiques dans le cadre familial ou des évictions illégales de domicile conduisant à l’augmentation de la vulnérabilité des personnes LGBTI les exposant à de nouveaux risques d’attaques ou aux viols correctifs pour les femmes homosexuelles.

Les personnes LGBTI ayant contracté le virus du SIDA se retrouvent souvent à la rue, sans repères sociaux et se retrouvent dans l’incapacité de suivre leur traitement.

C’est dans cette perspective que le projet HRGP vient soutenir et encadrer les personnes LGBTI en mettant à leur disposition des maisons d’accueil ou des refuges, c’est à dire en leur offrant un espace où elles pourront se sentir en sécurité.


Banderole annonçant l’ouverture du refuge géré par 2HRC à Bertoua, Cameroun. (Photo de 2HRC)

La 2HRC et la CAMFAIDS ont inauguré leur première maison d’accueil les 28 et 29 janvier 2021, l’une dans la région de Bertoua, l’autre à Yaoundé. Le représentant du sous-préfet a assisté à la cérémonie de la CAMFAIDS. Il a salué cette initiative et encourage toutes actions de soutien aux personnes vulnérables.

Dans le passé, ce refuge était géré uniquement par la CAMFAIDS, désormais il est pris en charge par Care Cameroun.

Chaque refuge accueille environ 15 personnes. La durée de séjour dans les maisons d’accueil est de 1 à 3 mois.

Les maisons d’accueil sont composées de plusieurs chambres à coucher avec plusieurs lits superposés, des salles de bain, un salon, une cuisine et une terrasse. Elles sont sécurisées et gérées par un manager.

La politique de gestion des refuges permet d’aider à la réinsertion sociale des bénéficiaires à travers le concept “Livehood” visant la formation et la réinsertion à l’emploi. Ils bénéficient également d’une assistance médicale et psychologique.

La disposition des chambres respecte la prise en compte du genre. Les femmes trans et les femmes homosexuelles sont séparées des hommes bissexuels ou ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH).

Selon le directeur exécutif de la CAMFAIDS : « Il s’agit d’une initiative qui réduira considérablement les viols et violences faites aux personnes LGBTI au Cameroun. C’est une mesure de sécurité destinée à contribuer à l’épanouissement des personnes LGBTI mais aussi leur responsabilisation à travers les activités de réinsertion notamment grâce aux formations ».

L’auteure de cet article, Courtney Stans, est une journaliste camerounaise qui écrit sous un pseudonyme. Contactez-la à info@76crimes.com.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.