Afrique subsaharienne

Cameroun : violentée à cause de son orientation sexuelle

Jeune camerounaise soupçonnée d’homosexualité, LINA évite de peu de finir à la rue grâce à l’intervention de l’association Défenseurs Sans Frontières.

Logo des Défenseurs sans frontières

Par Courtney Stans

Alors que l’année 2020 débute dans convivialité à Yaoundé – Cameroun, la jeune LINA (pseudonyme) âgée de 20 ans passe une période difficile au domicile familial à cause de son orientation sexuelle.

Longtemps interrogée par ses parents sur sa sexualité, LINA a toujours su s’en sortir avec des histoires toutes montées pour cacher son orientation; pourtant, ces efforts n’ont pas suffi à la protéger.

Le 15 janvier dernier, de retour d’une sortie vers 5 heures du matin, elle est interpellée par sa sœur aînée qui l’interroge sur son retour tardif. Sans fournir aucune explication, elle rejoint sa chambre.

Le jour levé, elle est sévèrement réprimandée par son père sur ses sorties répétitives. Il évoque des soupçons portant sur son orientation sexuelle. S’en suit alors une sévère bastonnade l’amenant à passer aux aveux.

Sous le coup de la colère parentale, elle est aussitôt rejetée de la maison sans savoir où aller. Après deux jours passés chez son amie, elle a informé DEFENSEURS SANS FRONTIERES de sa situation et a sollicité leur aide.

Selon Maître ABOA, c’est toujours une situation très complexe lorsqu’une jeune fille se fait jeter dans la rue à cause de son orientation sexuelle par l’un de ses parents. Dans un premier temps, DSF prend la peine de bien analyser le contour de l’histoire avant d’envisager quoi que ce soit. Dans ce cas de figure, une médiation reste l’option choisie. »

Lundi 20 janvier, une équipe conduite par DSF est allée rencontrer le père de la jeune LINA. Ce dernier a été très surpris par l’entrée en jeu de cette jeune équipe, et surtout par leur politesse, leur éloquence, ainsi que par leur maîtrise des principes du droit.

L’équipe de DSF a insisté sur les dangers présents à l’extérieur pour la jeune fille en cas de rejet familial, notamment les viols, agressions, prostitution et autres. S’agissant de la réelle ou supposée orientation sexuelle de la jeune fille, l’accusation portée par son père ne devrait pas justifier son rejet familial, mais tout au contraire provoquer un surcroît de protection de la part de ses parents.

Ayant religieusement écouté l’équipe conduite par Maître Stéphane ABOA, Coordonnateur Exécutif de DSF, le parent finit par accepter le retour de LINA au sein de la maison familiale, lui interdisant ses sorties tardives.

Voilà une fin heureuse pour la jeune LINA qui, malgré son orientation sexuelle, a réintégré sa famille grâce à l’intervention efficace de l’équipe de Défenseurs Sans Frontières.

L’auteure de cet article, Courtney Stans, est une journaliste camerounaise qui écrit sous un pseudonyme. Contactez-la à info@76crimes.com.

Article édité par Bruno Agar, membre du African Human Rights Media Network, docteur de l’université Paris-Saclay Evry-Val-d’Essonne au Centre Universitaire de Mayotte. Bruno s’intéresse aux problématiques médiatiques contemporaines, en particulier dans le contexte africain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.