Afrique

Cameroun : une chaîne de télévision promeut l’homophobie

La chaîne de télévision Vision 4, appréciée comme un nouveau média en pleine croissance dans la ville de Yaoundé au Cameroun, tient des propos désobligeants et choquants envers les personnes homosexuelles à travers plusieurs émissions et en particulier « Tour d’Horizon ».

Quatre journalistes à Vision 4 présentent l’homosexualité comme étant un phénomène contre-nature imposé par les occidentaux

Les journalistes à Vision 4 présentent l’homosexualité comme étant un phénomène contre-nature imposé par les occidentaux

Par Steeves Winner

Vision 4 est l’une des chaînes les plus prisées actuellement dans la capitale camerounaise. Son promoteur monsieur Amougou Belinga est celui-là même qui est à l’origine du tristement célèbre « TOP 50 » paru dans son journal L’Anecdote.

En effet, en janvier 2006, trois organes privés de presse, La Météo, La Nouvelle Afrique, et L’Anecdote, publient des listes de personnalités publiques présumées homosexuelles. Ces listes concernent prioritairement des hommes et femmes politiques (ministres et directeurs généraux de sociétés publiques), des artistes (musiciens et chanteurs internationalement reconnus), des religieux (évêques et prêtres principalement catholiques), et des sportifs (footballeurs de haut niveau). Cet événement médiatique met l’homosexualité sur la place publique, tout en renforçant la stigmatisation de ceux qui en sont soupçonnés.

À ce jour, la chaîne Vision 4 a pris de l’ampleur à travers son émission « Tour d’Horizon » où l’on débat de problèmes sociaux avec le concours de journalistes fortement positionnés sur la question homosexuelle au Cameroun. Cette émission qui est diffusée tous les jours en fin de matinée captive l’attention des téléspectateurs par des analyses et des prises de position fortes sur les sujets d’actualité.

C’est à cet effet que les quatre journalistes qui alimentent ces débats présentent l’homosexualité comme étant un phénomène contre-nature imposé par les occidentaux. Ils entretiennent la haine envers les personnes homosexuelles qui sont, selon eux, des pédophiles qui détournent les jeunes garçons et filles dans la société.

Selon l’un des téléspectateurs de cette chaîne, Vision 4 devrait être sanctionnée par les autorités camerounaises parce qu’elle cultive la haine et la division dans la population. Elle ne cesse de présenter les personnes homosexuelles comme étant des parias de la société.

Selon Ernest Obama, directeur de Vision 4, « les homosexuels pour moi ne sont pas des êtres munis de rationalité. Je ne comprends pas comment un homme peut aller avec un homme et une femme avec une femme. L’Etat devrait protéger nos enfants car ils représentent des cibles pour ces diables qui veulent détruire le monde ».

Dans plusieurs de leurs unes, on peut identifier les messages suivants : NON à l’homosexualité dans notre société. Nous ne voulons pas de ça ici chez nous. Alerte rouge, protégeons nos enfants du danger homosexuel.

Or, quel est le rôle des médias dans la société ? Est-ce de générer des tensions sociales sur la base des différences entre les personnes ? Est-ce de faire proliférer des messages de haine dans la société ? Ou alors doivent-ils tout simplement éduquer et sensibiliser les personnes pour plus de tolérance et d’acceptation de l’autre pour un vivre ensemble effectif ?

Cette puissance des médias se traduit par leur capacité à fixer les modes de pensée de la société. Je serais tenté de dire, leur capacité « à façonner » les modes de pensée, néanmoins leur influence est plus subtile et se limite plutôt à définir l’ordre du jour. Ils ont cette puissance parce qu’ils ont les outils et les mécanismes qui leur permettent d’imposer l’ordre du jour notamment au sujet de l’homosexualité. De fait, ils conditionnent le comportement des autres pouvoirs.

Ils ont la capacité de faire mais aussi de détruire la réputation d’une organisation, d’une personne ou d’un groupe de personnes. Dans la société d’aujourd’hui, les médias contribuent à l’émergence de valeurs pour que les individus les acceptent comme valables.

Ceci constitue alors un exemple de l’influence négative des médias dans la société camerounaise. Comment se sentir en sécurité avec des programmes télévisés qui motivent les violences envers les personnes LGBT ? Faudrait-il créer un monde à part pour les personnes LGBT où ils puissent vivre sans jugement et sans le mépris de la société ? Ou, peut-on vivre ensemble ?

 

Steeves Winner, l’auteur de cet article, est un activiste pour les droits LGBTI au Cameroun qui écrit sous un pseudonyme. Le contacter à steeves.w@yahoo.com.


Article édité par Bruno Agar, membre du African Human Rights Media Network, docteur de l’université Paris-Saclay. Bruno s’intéresse aux problématiques médiatiques contemporaines, en particulier dans le contexte africain.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.