Afrique/Afrique subsaharienne/Commentaire

Deux façons à faible risque de réclamer les droits LGBTI en Afrique

par Colin Stewart

Suzanne Nossel, une ancienne diplomate américaine, propose deux tactiques qui pourraient sauver la vie des personnes LGBTI dans les pays anti-homosexuels, notamment en Afrique, attendu que la lutte contre l’homophobie continue. Elle propose:

  • Écoutez les militants locaux
  • Mobilisez les alliés hétérosexuels locaux

 Nossel écrit dans la revue Foreign Policy:

Le continent placardé

Suzanne Nossel (Photo courtesy of Democracy Arsenal.org)

Suzanne Nossel (Photo de Democracy Arsenal.org)

… La géographie complexe de la lutte mondiale pour les droits des gays présente des dilemmes pour les militants et les gouvernements occidentaux désireux d’innover à faire valoir des droits, mais qui veulent aussi minimiser le risque de contrecoups qui peut, par inadvertance, mettre les populations gays encore plus à risque qu’auparavant.

Bien qu’il soit possible que la défense des droits des gays rende la vie plus mauvaise  pour les gays dans le court terme, il y a des mesures qui peuvent aider à garder les gays plus sécuritaires dans le monde et à diminuer la chance que l’impasse actuelle sur des droits des gays continue encore pendant des décennies.

 Écoutez les militants locaux

Sur les questions tactiques, à savoir si la conditionnalité de l’aide est efficace, les militants et les gouvernements occidentaux devraient porter une attention particulière aux points de vue des groupes locaux. En 2011, un grand nombre d’organisations de justice sociale africains ont publié une déclaration opposée à une proposition de conditionner l’aide britannique, en faisant valoir, entre autres choses, que cela risquait d’aliéner les militants LGBT locaux des [alliés potentiels dans] d’autres groupes de la société civile. Bien que cela ne signifie pas que tous les ensembles proposés de conditions reliées aux LGBT est importun, elle souligne que les opinions sur l’utilité de la conditionnalité de l’aide sont divisés et que les points de vue locaux doivent être soigneusement sondés et considérés.

[Note de l’éditeur: Cette année, les militants LGBTI en Ouganda a donné des messages contradictoires sur les réductions de l’aide, avec certains qui les opposaient et d’autres qui proposaient cibler les coupures aux groupes homophobes comme le Conseil inter-religieux de l’Ouganda, qui a dû licencier tout son personnel après qu’il a perdu  34,5 millions de dollars d’aide américaine.

Le président ougandais Yoweri Museveni

Le président ougandais Yoweri Museveni

Après les réductions de l’aide, le président ougandais Yoweri Museveni semble avoir retiré son soutien pour le rétablissement de la loi anti-gay, qui a été renversé cet été sur une question de procédure. Dans une récente déclaration publique, M. Museveni a nié avoir été influencé par les réductions de l’aide, mais il était inquiet de savoir si la loi anti-gay entraînerait la perte des partenaires commerciaux en Ouganda. Le titre de sa déclaration était «La voie à suivre sur l’homosexualité. Devons-nous impliquer l’Ouganda dans des guerres sans fin avec nos partenaires commerciaux en raison de cela?« ]

Identifier et recruter des alliés hétérosexuels locaux

Une deuxième mesure utile consiste à trouver des moyens d’élargir l’esprit de groupes nationaux en faveur des droits des gays dans les endroits où les gouvernements sont hostiles. Si les voix en faveur d’un traitement équitable sont limitées aux groupes LGBT, aux défenseurs des droits et aux gouvernements à l’étranger, cette mesure est prouvée relativement facile de rejeter. Mais si les organisations traditionnelles de justice sociale et civique, les institutions religieuses, les intellectuels, les syndicats, les entreprises et les autres parties prenantes peuvent être mobilisés, le prix politique de la répression va augmenter progressivement. Plutôt que d’appliquer une pression directe, les gouvernements occidentaux peuvent chercher des occasions de mobiliser les entreprises internationales avec des filiales et des partenaires dans les pays, des églises libérales et des réseaux universitaires et des intellectuels pour sensibiliser les homologues des pays sur les lignes de front de batailles des droits des homosexuels.

Display shows U.N. Human Rights Council votes on the SOGI resolution.

L’écran affiche les votes des pays-membres du Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur la récente résolution du Conseil en faveur de la poursuite de l’action contre la discrimination et la violence contre les minorités sexuelles.

Une façon pour les militants LGBT de diminuer le danger de contrecoups c’est de bâtir sur l’élan prudent qui a mis le Brésil, l’Uruguay et le Chili dans le siège du conducteur de la résolution la plus récente des droits des gays à l’ONU. En soutenant les représentants des gouvernements non-occidentaux et les dirigeants de la société civile à s’engager directement avec leurs homologues dans les pays régressifs, le mouvement des droits des gays peut continuez à contrer la construction des droits des homosexuels comme un ordre du jour Occidental.

S’il y avait un gouvernement prêt à financer, par exemple, une visite en Russie de cubains militants ou d’alliés favorables aux droits des homosexuels, leur message pourrait être accepté positivement alors qu’un plaidoyer originaire des États-Unis ou de l’Europe ne le serait pas.

Le Brésil fait plus de 12 milliards de dollars d’échanges économiques annuellement avec l’Afrique subsaharienne. Si, tout à coup, les gouvernements africains confrontaient les droits LGBT comme un problème dans leurs relations bilatérales avec Brasilia, ils en prendraient bien note.

À long terme, l’histoire nous suggère que lorsque les besoins humains sont conçus comme des droits humains, l’élan politique tend à construire progressivement et de manière irréversible en leur faveur. Il y a peu de doute que c’est qui se passe dans le domaine des droits des homosexuels, et il est difficile d’imaginer que, finalement, toutes les régions du monde ne commenceront pas à accepter.

Au même temps, cependant, la tactique occidentale peut risquer de jouer dans les mains des dirigeants fanatiques avides de trouver excuse pour la répression. Comme le mouvement mondial des droits des gays avancent de force à la force, il est essentiel de garder à l’esprit les populations les plus vulnérables, dont les enjeux dans le succès final sont les plus grandes.

Pour plus d’informations, voir l’article complet de Nossel de l’Afrique anti-gay, intitulé «The Closeted Continent», dans la revue Foreign Policy. L’introduction de l’article est pessimiste: «38 des 55 pays africains ont des lois qui punissent la sodomie et les choses peuvent empirer avant d’aller mieux.» Ce pessimisme est compréhensible, même si le nombre total de pays africains avec les lois anti-homosexuels a baissé à 36.

Suzanne Nossel est directeur exécutif du PEN American Center, ancienne directeur exécutif d’Amnesty International aux États-Unis et ancienne vice-secrétaire d’État adjointe pour les organisations internationales au Département d’État des États-Unis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s