Afrique subsaharienne

Cameroun : désinformation autour des organisations identitaires

Les organisations de défense des personnes LGBTI au Cameroun, notamment les organisations localisées dans la région de l’Est-Cameroun, sont victimes de désinformation relative à leur mission de lutte contre le VIH/Sida et de défense des droits humains en direction des personnes LGBTI.

Logo de l’association 2HRC

Par Courtney Stans

L’occasion était une activité de sensibilisation et de plaidoyer en direction des acteurs clés qui sont par définition des alliés à la communauté LGBTI intervenant dans les situation de réponse aux violences et aux violations en direction des personnes LGBTI. L’activité était organisée par l’organisation 2HRC de la région de l’Est-Cameroun au cours du mois de septembre 2021.

Au terme de ladite activité, des voix se sont levées faisant l’apologie de l’homophobie et surtout des messages de haine contre les leaders de cette organisation de lutte contre les violences faites aux personnes LGBTI et surtout de promotion des services liées au VIH/Sida au profit de cette communauté.

Il s’agit principalement des hommes de media  qui ont ressorti une coloration de promotion de l’homosexualité et appellent à la rigueur des autorités judiciaire en place contre ces actions visant à corrompre les mentalités sociales.

L’un des leaders de cette association s’indigne :

«  Nous travaillons sur un sujet de santé publique où nous accordons nos efforts dans la lutte contre le VIH/Sida au Cameroun et particulièrement aux populations clés faisant partie du plan stratégique nationale de lutte contre le VIH/Sida au Cameroun. »

Entre temps, des voix s’élèvent dans les réseaux sociaux incriminant les promoteurs de cette organisation en les stigmatisant et discriminant. Leurs identités sont publiquement connues comme étant des personnes LGBTI promoteur de l’homosexualité.

Ne se sentant plus en sécurité, ils ont peur de leur vie et pensent à entreprendre une action en justice afin de dénoncer toutes ces acteurs de la désinformation et de la fausse rumeur. Même si toutefois, nous savons très bien la position des acteurs judiciaire sur la question de l’homosexualité et savons bien que cette action en justice ne pourrait prospérer.

Triste réalité.

L’auteure de cet article, Courtney Stans, est une journaliste camerounaise qui écrit sous un pseudonyme. Contactez-la à info@76crimes.com. 

Articles connexes:

> Des donateurs libèrent une femme trans de prison au Cameroun (19 août 2020)

> On y est presque : Vous pouvez aider 3 femmes LGBTI detenues au Cameroun (25 mai 2020)

> Autres articles sur 2HRC

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.