Afrique

Bukavu, la cité des crimes de haine anti-LGBTI

Après que trois policiers militaires menaçaient sept jeunes LGBTI, les jeunes ont sauté ce ravin donnant sur la rivière Kawa à Bukavu. (Photo d'ALCIS)

Après que trois policiers militaires menaçaient sept jeunes LGBTI, les jeunes ont sauté dans ce ravin donnant sur la rivière Kawa à Bukavu. (Photo d’ALCIS)

Des intimidations, des menaces, des crimes de haine. La situation sécuritaire des personnes LGBTI dans la Ville de Bukavu, à l’Est de la République Démocratique du Congo laisse beaucoup à désirer, selon ALCIS, l’association Action pour la lutte contre l’injustice sociale.

Le ravin donnant sur la rivière Kawa à Bukavu. (Photo d'ALCIS)

Le ravin donnant sur la rivière Kawa à Bukavu. (Photo d’ALCIS)

ALCIS défend les Droits et les libertés des travailleuses du sexe, des LGBTI et des personnes touchées par le VIH à Bukavu.

ALCIS déclare au sujet de la vie dans la Ville de Bukavu:

En ce qui concerne les violations des droits humains des personnes LGBTI, elle est caractérisée par une indifférence totale de la part des autorités, tant policières que politico-administratives. Les incidents  enregistrés tout au long de ce trimestre [les mois d’avril à juin 2017] à l’endroit des personnes LGBTI, victimes d’homophobie écrasante de leurs concitoyens, donnent lieu à plusieurs manifestations d’intolérances et de crimes de haine.

L’intolérance face à l’orientation sexuelle et à l’identité du genre, réelle ou supposée, a fait, non seulement que nombreux LGBTI ont fui leur milieux de vie, mais aussi que ceux qui y sont restés supportent au quotidien le lot d’intimidations, d’enlèvement, d’arrestations arbitraires et aussi de privation de leurs libertés de circulation, d’association allant même jusqu’à les placer dans la clandestinité et l’isolement social déplorable. Ils doivent se cacher toute la journée, fuyant les chasses aux sorciers, les raids policiers et les barbaries de la part des résidants.

La localisation de Bukavu -- à l'est de la République démocratique du Congo

La localisation de Bukavu — à l’est de la République démocratique du Congo

Souvent, obligées de sortir le soir et/ou la nuit dans le cadre de la survie, là encore les personnes LGBTI se voient victimes d’hommes en uniforme, notamment les policiers en patrouille nocturne, qui de surcroit, les font subir des traitements inhumains.

Cette intolérance et les crimes de haine anti-LGBTI sont aussi compris dans les attitudes et comportements des autorités de base, qui ne veulent pas supporter que les personnes LGBTI soient acceptées comme locataires dans leurs juridictions.

Notons également que ces mêmes autorités de base, en complicité avec les différents mouvements religieux ainsi que certains médias locaux homophobes, sont cités comme responsables d’incitation aux révoltes et aux soulèvements des résidents pour refuser la vie aux personnes LGBTI.
Le travail de monitoring par ALCIS réalisé du mois d’avril à juin 2017 l’a permis de documenter les faits suivants :

14 avril — des menaces et l’intimidation de cinc gays

Dans la matinée du vendredi, 14 avril 2017, le Chef de quartier Nyamugo/Soko, Commune de Kadutu, et un groupe de femmes et jeunes se sont présentés dans la maison abritant cinq gays et transgenres et vont les menacer avec fermeté de quitter ce quartier. La pression est allée jusqu’à l’intimidation du propriétaire de la maison, lui demandant de réagir avant que la police n’intervienne.

23 mai — trois policiers militaires menacent d’arrêter sept jeunes LGBTI

Dans la journée du mardi, 23 mai 2017, vers 15 heures, trois policiers militaires accompagnés des jeunes débarquent l’avenue où vivent sept jeunes LGBTI, menaçant de les arrêter, présumant que c’est un ordre du commandant de la police du sous-commissariat de Kadutu. Faisant semblant de faire dégager leurs effets qui étaient à l’extérieur de la maison, ces derniers vont sauter un ravin donnant sur la rivière Kawa, une hauteur de 10m (voir photos ci-dessous) jusqu’à aller se cacher quelque part.

8 juin — une foule exige le délogement de six personnes LGBTI

Dans la journée du jeudi, 8 juin 2017, un groupe de jeunes de l’avenue Office toujours dans le quartier Nyamugo, commune de Kadutu, ont fait passer un mégaphone dans toute l’avenue exigeant aux jeunes LGBTI de quitter sans délai cette avenue. Une foule de gens a soutenu cette manifestation jusqu’à faire déloger six LGBTI dans leur maison comme des chiens.

ALCIS dit:

C’est déjà trop comme horrible tragédie humaine qui mérite une attention particulière.

À Bukavu, dans la Province du Sud-Kivu en République Démocratique du Congo, si l’on admet que ces crimes de haine homophobe ne sont pas nouveaux, il faut reconnaitre que le manque des politiques de protection et l’absence de solidarité et services pour les LGBTI ont accentué la propension inquiétante des atteintes à l’intégrité physique et corporelle, atteinte à la sécurité de la personne et atteinte au bien-être en général parmi les personnes LGBTI.

Avec une curiosité rare, ces crimes de haine anti-LGBTI les ont davantage rendu affaiblies et le degré atteint par cette barbarie s’avère sans précédent, tant au regard des méthodes utilisées qu’au regard des conséquences incalculable, voir irréparables.

Cette situation nécessite une assistance d’urgence pour les LGBTI victimes de crimes de haines homophobes. Ces personnes ont subies et continuent à subir d’extrêmes violences de genre et des pratiques traditionnelles néfastes. Menace de danger imminent, ces jeunes LGBTI n’ont aucune autres possibilités d’assistance. Ils vivent sous des souffrances atroces (physiques et psychologique). Pire encore, ces jeunes LGBTI ne peuvent accéder en aucun service de santé et de prise en charge du VIH/sida.

Article connexe dans ce blog:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s