Moyen Orient / Afrique du Nord

Mort (niée) dans le bloc de cellules LGBTQ+ en Tunisie

Des informations récentes, apparemment fausses, selon lesquelles une femme trans est morte dans le bloc de cellules « la fosse aux lions » de la prison de Mornaguia a attiré l’attention sur les conditions déplorables dans lesquelles se trouvent les prisonniers tunisiens gays, trans et bisexuels détenus dans la prison.

Mornaguia Prison in Tunis, Tunisia (Photo de Facebook par HuffPostMahgreb.com)

La prison de Mornaguia à Tunis en Tunisie (Photo de Facebook)

Mounir Baatour, président de Shams, l’association de défense des droits des tunisiens LGBT, a rapporté le 1 mars qu’un prisonnier LGBT âgé de 32 ans, connu sous le nom « Frifta », avait été assassiné le mois dernier dans une cellule de la prison de Mornaguia à Tunis.

Aujourd’hui, après un long délai, l’administration de la prison a nié que Frifta est morte. Baatour explique:

« L’administration des prisons vient réagir aujourd’hui après 6 jours de la publication de la nouvelle par Shams. Elle a démenti la mort de Frifta et elle dit qu’il est vivant et en bonne santé.

« Mais il a fallu des articles comme le votre [dans ce blog] pour les faire réagir.

« Shams n’avait aucun moyen de vérifier l’information sauf en publiant la nouvelle et la médiatiser pour obliger l’administration a réagir. La ligue tunisienne des droit de l’homme, contacté par Shams, a envoyé un fax à la prison depuis le 2 mars sans aucune réponse jusqu’à aujourd’hui. »

Tout Tunisien qui est une femme transgenre, homosexuel ou bisexuel pourrait rencontrer un destin comme celui qui était craint pour Frifta, puisque les autorités tunisiennes arrêtent plus de 125 personnes par an pour violations alléguées de la loi anti-homosexualité du pays.

Une mort dans la « fosse aux lions » en Tunisie ne serait que l’une des nombreuses injustices subies par les personnes LGBT dans un pays qui refuse de reconnaître les droits fondamentaux de ses citoyens LGBT.

Sarah Benali, juriste en droit international et étudiante en journalisme, rapporte dans HuffpostMahgreb.com:

 

Bit Syouda: Ce pavillon LGBTQ+ de la prison de Mornaguia

Qu’est-ce que “Bit Syouda” et comment ça se passe pour les minorités sexuelles en prison? Explications.

Suite à la rumeur annonçant la mort suspecte de Frifta [Mise à jour: niée], une codétenue à la prison pour hommes de Mornaguia, plusieurs membres de la société civile s’insurgent contre l’administration pénitentiaire, murée dans son silence. Pourtant, dans cette prison, les personnes transgenres, n’ayant toujours pas pu changer leur état civil, sont détenues et placées dans une cellule spéciale appelée “Bit Syouda”. Qu’est-ce que “Bit Syouda” et comment ça se passe pour les minorités sexuelles en prison? Explications.

Location of Tunisia in northern Africa.

La localisation de la Tunisie

Cette histoire ne date pas d’hier. En 2016, Héla, une femme transgenre a été mise en garde à vue puis incarcérée dans la prison de la Mornaguia, pour la durée de 21 jours. En septembre dernier, elle y retournera, cette fois pour seulement 4 jours. Son tort? Son apparence physique. Héla est une femme transgenre ayant subi une augmentation mammaire mais détenant toujours une carte d’identité indiquant que c’est un homme.

Ayant contacté l’un de ses avocat, maitre Mounir Baatour, il nous livre un témoignage accablant:

“La notion de transgenre n’est pas reconnue par le règlement intérieur de la prison de Mornaguia, ni par les normes régissant l’administration pénitentiaire. Les femmes transgenres faisant l’objet de poursuites, sont détenues dans des prisons pour hommes, en concordance avec leur état civil”.

Mounir Baatour

Mounir Baatour

En effet, cette identité sexuelle n’est pas reconnue par le droit tunisien. Pourtant, une interprétation extensive du code du statut personnel a permis, auparavant, de changer l’état civil de trois personnes transgenres Female to Male (de femme à homme) et de leur permettre ainsi de faire coïncider leurs papiers d’identité avec leur apparence physique et leur sexe psychologique. Néanmoins, la justice s’obstine à refuser de reconnaitre aux femmes transgenres Male to Female (d’homme à femme) un état civil en adéquation avec leur identité de genre.

Selon maitre Baatour, “c’est la misogynie de la justice dans toute sa splendeur. Lorsqu’une personne née biologiquement femme subit une opération chirurgicale pour avoir l’apparence d’un homme, et demande le changement de son état civil, l’Etat considère qu’elle s’élève à un rang supérieur et accepte la demande. C’est plus compliqué dans le sens contraire, puisque plusieurs magistrats estiment qu’une personne née homme et souhaitant finaliser sa transition par un document officiel, cède un privilège…”. Un privilège. Celui d’appartenir au sexe fort.

Une fois incarcérée, une personne transgenre sera placée dans une cellule réservée aux minorités sexuelles dans la prison de Mornaguia, Nommée ironiquement “bit Syouda”/ “la chambre des lions”. On y trouve des personnes trangenres, homosexuelles et bisexuelles…

Pour l’avocat, Bit Syouda est un monde à part. Les détenu.e.s n’ayant pas reçu de visites et n’ayant pas les moyens pour faire des achats au sein de la prison, se prostituent, en échange d’un couffin rempli de nourriture à partager ou de cigarettes. Pour les balades à l’air libre, les codétenu.e.s de “Bit Syouda” disposent d’un patio spécial où se dégourdir les jambes et ne sont pas mélangé.e.s avec le reste de la prison.

Frifta, la prisonnière trangenre, dont on [aurait] dit qu’elle a été retrouvée morte étouffée, aurait été incarcérée à la prison de Mornaguia, il y a plus de deux mois. Son cadavre aurait été découvert à Bit Syouda, il y a deux semaines. Dix jours plus tard, un détenu, venant d’être libéré à l’issue de sa peine, aurait informé la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme de sa mort.

En attendant une déclaration à la presse de la part de l’administration pénitentiaire, de la League des Droits de l’Homme ou de la délégation de l’Organisation Mondiale Contre la Torture en Tunisie, on reste dans un silence assourdissant des autorités quant à la véracité des faits allégués et aux circonstances de la mort de Frifta. [C’était vrai jusqu’à aujourd’hui.]

Cet article a été mis à jour le 6 mars afin d’inclure les informations selon lesquelles les autorités de la prison de Mornaguia disent que Frifta est en vie.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.