Afrique subsaharienne

Togo manque de condoms pour gays et HSH

Auteurs: Denis LeBlanc avec Sylvestre Quam-Dessou.
Rédacteur: Colin Stewart

Carte du Togo (Wikipedia  Commons)

Carte du Togo (Wikipedia Commons)

En République Togolaise, dans la lutte contre le sida, on ne fournit pas aux besoins de base afin d’assurer la sécurité des personnes gay ou des HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec hommes) en prévention du VIH.

La raison: une grave pénurie des préservatifs et des gels.

Men’s, une association communautaire, cherche une solution à ce problème.

Lors d’une réunion le 7 juin au centre AHOEFA à Lomé, Togo, beaucoup des pairs éducateurs dans la lutte contre le sida ont « vivement déploré l’inaccessibilité des gels et préservatifs au point d’en remettre en cause l’utilité du centre, » dit Sylvestre Quam-Dessou, le sécretaire du groupe Men’s.

Quam-Dessou Yao  Amegbo, secrétaire de l’association Men's au Togo.

Sylvestre Quam-Dessou, secrétaire de l’association Men’s au Togo.

En effet ce groupe est le seul à distribuer gratuitement les gels et condoms aux gays et aux HSH à Lomé, la capitale du Togo. Même cette distribution est faite en quantité très restreinte (un préservatif par personne par visite) lorsque la qualité des condoms n’est pas mise en cause. Le centre compte servir en préservatifs et lubrifiants les 28.000 personnes gay et HSH enregistrés au Men’s et bien d’autres lors d’activités de masse. Le responsable dit:

« Cette indisponibilité expose de plus en plus (les gays et) les HSH aux pratiques à risque, d’où l’infection au IST/VIH/Sida »

Le groupe recherche 8.000.000 francs CFA (16.513 $ ÉU) pour l’achat de condoms et lubrifiants pour sa clientèle. Ceux-ci seraient distribués gratuitement au cours des soirées, causeries éducatives, et activités de masse. Les chefs gay et HSH se portent bénévoles afin de gérer le stock et de rendre compte au bureau, dit Quam-Dessou. Du rapport d’activité du groupe Men’s pour l’année 2012, on apprends que « 2012 caractérisée par une baisse drastique sinon même une quasi disparition des financements que nous octroyaient des organismes comme la PSI (Population Services International). »

Un logo de Men's Togo

Un logo de l’association Men’s

Les pairs ont exprimés leurs souhaits lors de la réunion du 7 juin que les matériels de prévention soient disponibles en quantité adéquate. Quam-Dessou dit que:

« Pour la plupart, le centre devrait non seulement être un lieu de travail des associations mais également un lieu de distribution gratuite de gel et préservatifs à la communauté. La distribution des gels et préservatifs ne devra ainsi donc pas forcement se faire seulement au cours d’une activité (au centre) ou que les bénéficiaires participent à une quelconque activité avant d’en recevoir.

« Dans le souci d’éviter de nouvelles infections, ils nous ont chargés de négocier … afin que tout HSH le désirant ait facilement accès au gel et préservatifs. Vous n’êtes pas sans savoir qu’au-delà des HSH qui participent à nos activités, un nombre considérable préfère ne pas se montrer et se faire connaitre même par d’autres HSH (hostilité de la société, peur d’être découvert…). Ce groupe de HSH ne peut pas rester en marge.

« Ainsi nous vous prions de bien vouloir nous aider à trouver une solution afin que les gels et préservatifs soient disponible au centre … pour le bien être de la communauté. »

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (le Fonds) et ses agents normalement devraient financer les efforts de prévention par les groupes clé tels les HSH dans les pays pauvres dont le Togo. Le site public et transparent du Fonds Mondial confirme que le Fonds est de pair avec le Population Services International (PSI) à un contrat de subvention (TGO-809-G09-H) pour la période de décembre 2009 jusqu’au 30 juin 2015. Le Fonds mondial a approuvé une subvention totale de 15.003.859 $ ÉU au PSI.

Un panier de condoms (photo de cbc-ca)

Un panier de condoms (Photo de cbc-ca)

La documentation au site Internet du Fonds confirme que le PSI est supposé de faire la distribution de préservatifs et, on suppose, de lubrifiants, et de le faire faire surtout gratuitement, ayant comme but la prévention du VIH dans le Togo chez les gays et HSH.

Mais le groupe PSI a dépensé seulement 8,4 million $ ÉU cumulativement alors que son budget cumulatif comprenant l’année courante 2014 est de 12 millions $ ÉU. Même si ces chiffres sont pour tous les programmes du PSI, une bonne tranche est désignée pour les services de prévention pour MSM, ce qui comprends les condoms et lubrifiants. Il reste donc plus de 4 millions $ ÉU en banque qui n’a pas été dépensé par la PSI pour le reste de cette année.

PSI, évalué récemment par le Fonds mondial, a reçu la note de performance la plus basse, c’est-à-dire: « INACCEPTABLE. »

Sur son site web pour le Togo, PSI se plaint d’un soutien limité des bailleurs de fonds, mais pas en ce qui concerne la lutte contre le VIH.

Quand même, Quam-Dessou dit, « Je tiens aussi à féliciter la PSI, qui fait de son mieux pour les HSH dans le domaine conseil. »

PSI n’a pas encore répondu à une demande de renseignements.

Articles connexes aussi publiés par ce blog:

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s