Afrique subsaharienne/International

Cameroun: Un an de prison en raison de son expression de genre

Soutenons COL, femme transgenre condamnée pour motif d’homosexualité au Cameroun, à travers un soutien alimentaire et le paiement de son amende pour sa libération.

Pour nous aidez, cliquez sur l’image. Ce visage derrière les barreaux représente COL, une détenue trans au Cameroun que le projet Pas Seul prévoit de sortir de prison de bonne heure.

Par Courtney Stans

D’un regard absent et un air innocent, COL endure les réalités carcérales dans les geôles de Bertoua à L’Est-Cameroun à cause de son expression de genre.

A 30 ans révolus, COL, une jeune transgenre et travailleuse de sexe dans la région de l’Est-Cameroun, passe des moments difficiles dans la prison de Bertoua. COL, efféminée, grande de taille et teint clair, s’identifie en femme. D’un visage plat et amaigri sans barbe ni moustache avec des cheveux à ras , présente de grands yeux et des joues rentrées. Elle vit dans cette partie du pays depuis plusieurs années, elle mène une véritable vie de chauve-souris du fait de son apparence et sa profession de travailleuse de sexe.

COL raconte:

« C’est depuis l’âge de 18 ans que j’ai commencé à m’affirmer en femme à cause d’une attirance pour les personnes de même sexe. Très vite, j’ai été blâmée par ma famille qui n’acceptait pas mon choix de m’identifier au sexe opposé alors j’ai choisi volontairement de quitter la maison familiale à Ayos choisissant ainsi m’installer à Bertoua afin de faire ma vie. »

Pour survivre, elle se lance dans le travail de sexe dans la rue tout en s’habillant en femme. Elle loue une chambre moderne mais s’organise à ne jamais se montrer en journée. Autrement dit, elle passe ses nuits au travail de sexe et en journée se repose.

COL ajoute :

« La scène se déroule le 19 juillet 2019 lorsque je suis abordée par une patrouille de police me demandant de m’identifier. Lorsqu’ils virent mon prénom et ma photo sur ma carte nationale d’identité, ils me posèrent la question de savoir ce que je faisais en route à 3 heures du matin. [Les policiers voyaient une femme parler comme un homme avec la voix d’un homme] ce qui leur confirma que j’étais un homme habillée en femme et faisant le travail de sexe. Sur le coup, je suis embarquée et mise en garde à vue pendant 3 jours. »

Transférée au parquet et ensuite à la prison où elle est condamnée peu de temps après à 1 an de prison, il lui resterait alors 4 mois avant sa libération prévue en Juillet 2020 avec une amende de 106.000 FCFA.

COL dit:

« Je suis abandonnée à moi-même à la prison, je reçois quelques fois les visites de mes copines qui me soutiennent dans cette rude épreuve de la vie. Je suis obligée de porter les vêtements hommes ici en prison pour ne pas me faire maltraiter par les autres détenus et les gardiens. Comme tous les homosexuels, je ne suis pas appréciée mais je ne suis non plus violentée. La qualité de l’alimentation n’est pas bonne, mais je n’ai pas le choix que de consommer cela. J’ai des problèmes de peau et un début de condylomes. Je souhaiterais me former dans l’hôtellerie et avoir un domicile à ma sortie de prison afin d’abandonner le travail de sexe et gagner dignement ma vie comme personne transgenre. »

Vous pouvez les aider.

Pour faire des dons récurrents déductibles d’impôt aux États-Unis, accédez au compte du projet sur DonorBox. (Vous pouvez arrêter ces paiements à tout moment.)

Si vous souhaitez faire immédiatement un don unique déductible d’impôt américain pour ce projet, vous pouvez le faire:

  • Sur Facebook (bouton « Donate» à https://www.facebook.com/saintpaulfound/) Veuillez envoyer un message à stpaulsfdr@gmail.com indiquant que le don est destiné au projet Not Alone / Pas Seul.
  • Par PayPal.com sur le compte de la fondation à stpaulsfdr@gmail.com (veuillez envoyer un message indiquant que le don est destiné au projet Not Alone / Pas Seul.)
  • En envoyant un chèque à la Fondation St. Paul, 21 Marseille, Laguna Niguel CA 92677 USA.) Veuillez écrire «Not Alone / Pas Seul» sur la ligne mémo.

L’auteure de cet article, Courtney Stans, est une journaliste camerounaise qui écrit sous un pseudonyme. Contactez-la à info@76crimes.com.

2 réflexions sur “Cameroun: Un an de prison en raison de son expression de genre

  1. Pingback: Aidez-nous à faire sortir 3 personnes LGBT de prison | 76 Crimes en français

  2. Pingback: On y est presque : Vous pouvez aider 3 femmes LGBTI detenues au Cameroun | 76 Crimes en français

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.