Afrique

Cameroun : un homosexuel silencieux laminé par la police

Un homme suit des soins intensifs dans la ville de Bamenda après qu’un policier en pleine patrouille le bastonne seulement sur la base de son expression de genre.

Par Steeves Winner

Bamenda est dans la région anglophone au nord-ouest du Cameroun. (Carte d'Economist.com)

Bamenda est dans la région anglophone au nord-ouest du Cameroun. (Carte d’Economist.com)

Le vendredi 21 septembre aux environs de 18 heures, alors que Mur se rend chez un ami, il est vêtu d’une petite culotte et d’un décolleté.

Au milieu du chemin, il est interpellé par un agent de police qui lui demande de présenter sa carte nationale d’identité, qu’il présente. Malgré cette obtempération, le policier lui demande pourquoi il fait les manières de femme.

Tergiversé par cette question, Mur décide de garder son silence et au bout d’un moment, le policier le traite de garçon-fille en lui demandant s’il est pédé.

Affichant la même posture, Mur garde une fois de plus son silence ce qui amène l’agent à lui donner une paire de gicle et un coup de poing en pleine visage.

Voulant se défendre tout en appelant à l’aide, Mur est brutalement agressé par le policier qui a usé de sa matraque pour assoir son autorité sur le pauvre homme.

Sans aide ni intervention aucune, Mur sort de cette agression avec un bras cassé, des blessures et son téléphone endommagé.

Après cette agression, le policier en question prend la fuite sans laisser de trace. Mur retrouve son domicile malgré son état. Un voisin le conduit au centre de santé où il suit toujours les soins intensifs.

Il aimerait porter plainte à cet agent de police mais seulement il n’a aucune information sur son identité. À cause de la crise dans la région anglophone — grèves, manifestations, actes de violence et répression — la situation dans la ville de Bamenda ne donne pas accès aux services publics compétents.

Ces faits ont été reportés par un défenseur des droits des enfants de la ville de Bamenda à l’association à but non lucratif Denis Miki Foundation.

Steeves Winner, l’auteur de cet article, est un activiste pour les droits LGBTI au Cameroun qui écrit sous un pseudonyme. Le contacter à steeves.w@yahoo.

Publicités

Une réflexion sur “Cameroun : un homosexuel silencieux laminé par la police

  1. Pingback: Cameroun : Des musulmanes refusent d’enterrer un homme gay | 76 Crimes en français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.