Afrique

Cameroun : expulsés à cause de leur orientation sexuelle

Un gay est expulsé du domicile familial où il vit avec sa copine lesbienne parce que cette dernière refuse d’avoir des rapports sexuels avec un cousin lui mettant la question.
Par Steeves Winner
Koko (un pseudonyme), 27 ans, vit au domicile familial à Yaoundé. Son homosexualité encore inconnue par sa grande famille, il a une vie très discrète et préfère de temps à autre faire passer sa copine Harty (aussi un pseudonyme) pour sa petite amie pourtant également lesbienne.
Harty réside à son domicile familialdans la même ville que son ami Koko à Yaoundé. Un jour, elle est victime d’un coming out forcé et est obligée de partir du domicile familial.
Ne sachant pas où aller, elle décide de contacter Koko, qui accepte de la recevoir au domicile familial où il réside encore. Tous les deux partagent une même chambre et tout se passe dans la discrétion totale car elle se fait simplement passer pour la petite amie à Koko.
Quelques temps après son installation, un cousin à Koko de passage dans la maison familial tombe sous le charme de la jeune fille. Apres plusieurs tentatives de drague et harcèlement à l’absence de Koko, Hardy ne pouvant plus supporter, préfère lâcher le secret audit cousin : « Je suis lesbienne. Les hommes ne m’intéressent pas »
A ces paroles, la famille entière est informée du coming out et une décision est prise:« Comme tu es lesbienne, alors Koko lui devrait être gay. Tous les deux, vous allez quitter ce domicile. On ne garde pas les homosexuels » .
Au retour de Koko, absent lors du déroulement de la scène, il est informé des faits avec beaucoup de colère. Bien qu’ayant supplié, aucune allégeance ne lui est faite et doit par conséquent se plier à la décision de quitter le domicile.
Dans la rue avec sa copine Hardy, il contacte l’organisation de défense des droits des personnes homosexuelles CAMFAIDS où ils sont accueillis par la suite.
Apres enquête et entretien par les responsables de l’organisation, les deux sont acceptés et conduits dans une maison de passage « REFUGE » pour une période de trois mois.
Hardy a passé un entretien dans un snack comme serveuse et entent commencer son travail dans quelques jours. Quant à Koko , aucune issue ne se présente pour le moment.
Steeves Winner, l’auteur de cet article, est un activiste pour les droits LGBTI au Cameroun qui écrit sous un pseudonyme. Le contacter à steeves.w@yahoo.
Publicités

4 réflexions sur “Cameroun : expulsés à cause de leur orientation sexuelle

  1. Pingback: 2 homosexuels aux arrêts après avoir abrité 2 garçons sans-abri | 76 Crimes en français

  2. Pingback: Cameroun : Victime de rejet familial à cause de son orientation sexuelle | 76 Crimes en français

  3. Pingback: Cameroun : une lesbienne sous le collimateur de la police | 76 Crimes en français

  4. Pingback: Cameroun : Arrestation de 3 personnes homosexuelles à Buea | 76 Crimes en français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.