Afrique

Transgenre, attaqué et blessé à Bukavu, Congo, reste isolé

Live Consolé Bahati à l'hôpital en 2016 (Photo d'ALCIS, publiée avec l'autorisation de M. Bahati)

Live Consolé Bahati à l’hôpital en 2016 (Photo d’ALCIS, publiée avec l’autorisation de M. Bahati)

Un jeune militant transgenre — attaqué, blessé et conduit à l’hôpital en 2016 dans la province du Sud-Kivu en la République démocratique du Congo — maintenant a besoin de manière urgente d’une relocalisation temporaire pour sa securité, rapporte ALCIS, l’association Action pour la lutte contre l’injustice sociale.

Une maisonnette où sept congolais LGBTI se sont enfouis pour se cacher des raids policiers.(Photo d'ALCIS, publiée avec l'autorisation des personnes dans la photo)

Une maisonnette où sept congolais LGBTI se sont enfouis pour se cacher des raids policiers.(Photo d’ALCIS, publiée avec l’autorisation des personnes dans la photo)

L’intolérance à l’encontre des personnes LGBT continue à alimenter les crimes de haine homophobe au Sud-Kivu,  rapporte ALCIS.

C’est avec amertume que le Bureau d’ALCIS rapporte des graves violations des droits humains qu’a survécu ce jeune militant Live Consolé Bahati pour la énième fois — des coups et blessures graves qui l’ont conduit à l’hôpital Saint Vincent dans la Commune de Kadutu.

Bahati est un transgenre, HSH (homme ayant des rapports sexuels avec des hommes) et un animateur au sein de l’Espace LGBT-friendly Internet pour la Vie.

Live Consolé Bahati blessé le 25 septembre 2016 (Photo d'ALCIS, publiée avec l'autorisation de M. Bahati)

Live Consolé Bahati blessé le 25 septembre 2016 (Photo d’ALCIS, publiée avec l’autorisation de M. Bahati)

L’attaque s’est produite un peu après 22 heures dans la nuit du 25 du septembre 2016, dans la Commune de Kadutu, Ville de Bukavu, Province du Sud-Kivu, quand Bahati se dirigeait vers chez lui.

Du coup, il s’est vu tomber entre les mains de trois hommes qui l’ont menacé et lui ont administré des coups et blessures sous l’oeil complice des éléments de la police en patrouille nocturne.

ALCIS rapporte:

Rappelons que depuis Octobre 2015, ALCIS anime les émissions radiodiffusées intitulées « Homo-Micro : les Droits des minorités sexuelles » dans le cadre de sa campagne élargie pour la déconstruction des discours de haine contre les personnes LGBT au Sud-Kivu.

Précisons qu’à Bukavu la diffusion des discours de haine homophobe a favorisé une flambée d’arrestations arbitraires, des menaces et toutes sortes d’intimidations à l’encontre des LGBT, animateurs de ces émissions radiodiffusées.

À Bukavu et dans la Province du Sud-Kivu en général, il s’est créé une solidarité d’oppresseurs qui se sont acharnés sur les personnes LGBT.

Ces attaques homophobes ont rendu difficile l’expression de jeunes LGBT en toute liberté et cela, en dépit même des multiples dénonciations et interpellations d’ALCIS auprès des autorités compétentes.

Les menaces et répressions étant de mise, ALCIS a sollicité auprès de ses ami(e)s et partenaires les moyens nécessaires pour la protection des personnes LGBT victimes de ces actes de vandalisme homophobe qui ont conduit aux atteintes graves et à l’intégrité physique et morale de son collègue Live Consolé Bahati quand il était à l’hôpital dans un état critique.

À l’heure actuelle, la victime est sous pression. Il doit honorer ses factures (frais médicaux) pour les soins dont a bénéficié à l’hôpital.

Aussi, pour mieux garantir sa protection et sa sécurité, ALCIS sollicite de manière urgente une relocalisation temporaire pour lui.

Une rencontre d'échange organisé par ALCIS sur les stratégies à mettre en oeuvre pour maintenir les interventions de protection et d'accès aux droits pour les congolais LGBTI. (Photo d'ALCIS, publiée avec l'autorisation des personnes dans la photo)

Une rencontre d’échange organisé par ALCIS sur les stratégies à mettre en oeuvre pour maintenir les interventions de
protection et d’accès aux droits pour les congolais LGBTI. (Photo d’ALCIS, publiée avec l’autorisation des personnes dans la photo)

Il vit toujours dans l’isolement. Il est à 20km de la Ville de Bukavu aisi
que 4 amis. Leur souci est de rentrer en ville, mais ils craignent pour leur sécurité.

ALCIS continue de surveiller et documenter les raids policiers
et les intimidations que la communauté LGBT reçoit de la part de membres de la police. L’association a fait entrer ces informations à la section des droits humains de la Mission de l’ONU pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) à Bukavu, mais l’association n’a encore reçu  officiellement aucune suite.

Pour aider Live Consolé Bahati, communiquer avec ALCIS:

  • Tél : (243) 828247071 – 852430146
  • Courriel : alcishumanrights@gmail.com

Article connexe dans ce blog:

Publicités

Une réflexion sur “Transgenre, attaqué et blessé à Bukavu, Congo, reste isolé

  1. A reblogué ceci sur de frémancourtet a ajouté:
    Pathétique. Ce traitement inhumain par les autorités, envers leurs propres concitoyen.nnes, est tout simplement honteux. Du pouvoir, de l’énergie, et des ressources à ces jeunes activistes! Je partage l’article, en toute solidarité. Chamindra.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s