Afrique/Afrique subsaharienne

Ouganda: Refugié congolais devient activiste LGBTI

Membres de l'association Angels Refugee Support Group (Photo de Bibe Kalalu)

Membres de l’association Angels Refugee Support Group (Photo de Bibe Kalalu)

Bibe Kalalu (Photo de Bibe Kalalu)

Bibe Kalalu(Photo de Bibe Kalalu)

Bibe Kalalu est un ex-chef de la tribu Barega en République Démocratique du Congo. Il est aujourd’hui réfugié en Ouganda. Ce qui a poussé Bibe à l’exil, ce n’est pas la guerre comme c’est souvent le cas. La raison de l’exil de Bibe, c’est son orientation sexuelle.

S’il est clair que dans la plupart des Etats africains, il est très difficile d’être ouvertement gay, l’on peut se figurer combien il peut être pénible de vivre son homosexualité quand l’on est réfugié dans un pays tout aussi homophobe que celui qu’on a fui? C’est cette expérience vécue par Bibe Kalalu qui l’a amené à créer en 2009 Angels Refugee Support Group, une organisation œuvrant en faveur des personnes LGBTI réfugiées en Ouganda. Voici l’histoire poignante de Bibe et de Angels Refugee Support Group.

I – La fuite du chef de tribu

Bibe Kalalu a seulement huit ans quand il est couronné chef tribal des Barega, une tribu forte d’un million de personnes, en prenant la place de son défunt père. À l’âge de 18 ans, Bibe a assumé les responsabilités à plein temps d’un chef. Il se souvient avoir été attiré par les garçons à son très jeune âge. Se souvient-il:

«Mon premier amour était à l’école, qui malheureusement s’est avéré être une expérience traumatisante. »

C’était au cours de sa relation de neuf ans avec un homme burundais dont les sourcils étaient vraiment élevés, et la pression sur lui pour qu’il se marie était devenue trop forte.

«Nous nous sommes rencontrés lors des vacances; nous nous rendions visite régulièrement à intervalle de quelques mois. Chaque fois qu’il venait séjourner chez moi, les gens en parlaient. Le stress était trop fort, et je me suis finalement résolu à épouser une femme. »

Plus tard, en 2007, dans son village de Bukavu, les gens scandaient «Tuez-le, torturez-le ». Bibe, maintenant âgé de 37 ans, était confronté à sa famille, à la communauté et aux médias dans lesquels sa femme l’accusait ouvertement d’être gay. Craignant pour sa vie et avec un avenir des plus incertains en RDC, Bibe fuit et entre dans l’Ouganda voisin en tant que réfugié. Mais, il ne savait pas qu’il marchait directement sur des braises:

«Je suis désespéré et j’ai peur pour ma vie. Je ne savais pas l’Ouganda était aussi unpays très homophobe. »

Ayant choisi de rester à Kampala, la capitale, il a rencontré d’autres hommes gays dans les bars locaux, dont beaucoup cherchaient également du réconfort en Ouganda. De ces rencontres vont naitre l’idée de la création d’une organisation œuvrant en faveur des réfugiés LGBTI.

II – L’idée de création d’Angels Refugee Support Group

Bibe Kalalu (Photo de Bibe Kalalu)

Bibe Kalalu (Photo de Bibe Kalalu)

Ecouter les histoires personnels des réfugiés sur l’intolérance homophobe dont chacun a souffert a motivé Bibe à mettre en place Angels Refugee Support Group en 2009, un espace sûr pour les réfugiés gays, c’est-à-dire des gens qui comme Bibe avaient fui leur pays en raison de leur sexualité.

« Je voulais créer un groupe, et donc un jour j’ai eu une grande fête à Kampala où j’ai annoncé l’idée d’une association. Nous avons commencé par un comité exécutif de six membres. »

Les membres d’Angels Refugee Support Group proviennent de divers endroits — les Grands Lacs, la Somalie et même plus loin, du nord que l’Érythrée.

«Il était nécessaire de rassembler les gens pour que nous puissions partager nos vies comme lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexuées (LGBTI), être en sécurité et apprendre à nous protéger», explique Bibe.

III – Des entraves juridiques à l’émergence d’Angels Refugee Support Group.

Enregistrer Angels Refugee Support Group comme une association officielle n’était pas un processus facile. L’homosexualité en Ouganda est une infraction pénale et depuis 2009, le gouvernement ougandais a fait preuve de constance dans la persécution des personnes et des organisations LGBTI.

«En raison de l’illégalité, nous avons décidé d’enregistrer Angels comme une organisation de lutte contre le sida», explique Bibe. Grâce à ses liens avec le projet NGO Refugee Law Project en Ouganda, Bibe est entrée en contact avec UHAI, l’Initiative pour la Santé sexuelle et les droits en Afrique de l’Est.

Hivos, en collaboration avec UHAI, a mis en œuvre le projet Ji-Sort! en Afrique de l’Est depuis 2012. Cette initiative met l’accent sur le développement des capacités des organisations qui travaillent sur l’avancement des LGBTI et les droits des travailleurs du sexe dans leurs pays respectifs.

Membres de l'association Angels Refugee Support Group (Photo de Bibe Kalalu)

Membres de l’association Angels Refugee Support Group (Photo de Bibe Kalalu)

IV – L’apport inestimable de  Ji-Sort !

Grâce à Ji-Sort !, Angels Refugee Support Group a également reçu un soutien pour son développement organisationnel. Un consultant a travaillé avec Bibe et son personnel sur les questions de gestion financière et le développement de l’équipe.

«Grâce à ces formations, nous avons appris comment mettre en place des systèmes pour améliorer la gestion et le contrôle de nos ressources. Nous sommes devenus plus professionnels », dit-il.

Assister à des événements régionaux du réseau Ji-Sort! a permis à Bibe de partager les expériences de sa propre organisation et d’élargir leurs liens avec d’autres, à la fois dans la région Afrique orientale et australe.

«Notre organisation est unique en ce sens que nous travaillons avec un groupe très marginalisé qui souffre d’une double discrimination » , dit-il.

Les réfugiés dans la plupart des pays, ont du mal à être reconnus en tant que citoyens légitimes et souvent ne reçoivent aucune aide de la communauté d’accueil. Dans un pays homophobe comme l’Ouganda, les réfugiés qui s’identifient comme LGBTI reçoivent peu de sympathie. «Grâce au programme Ji-Sort!, nous sommes plus connus et nous sommes de plus en plus solliciter pour  conseiller les organisations LGBTI dans des pays voisins. »

Bien que ce soit positif, Bibe sent que les liens avec d’autres organisations de réfugiés traditionnels en Ouganda sont faibles et le soutien qu’ils reçoivent de du Haut Commission pour les réfugiés (HCR), l’organisme de l’ONU chargé de travailler avec ce groupe cible, est très limité. «Nous croyons que le gouvernement a demandé à l’ONU de ne pas nous aider », dit-il.

V – Le regard tourné vers l’avenir

En tant que membres d’Angels, chaque personne est tenue de faire une petite contribution financière pour assurer les charges de la structure. Angels Refugee Support Group a également mis en place d’autres initiatives génératrices de revenus avec succès. Par exemple, le laboratoire informatique où les membres de l’association reçoivent une formation le matin, est converti en un cyber-café l’après-midi, ce qui génère des fonds.

Ils ont aussi un atelier de coiffure et de beauté, qui forme des membres et fonctionne comme une entreprise commerciale. «Ces activités aident non seulement nos membres, mais aussi les empêche de devenir des vagabonds et d’avoir des ennuis », dit Bibe avec fierté.

Chris Dolan. (Photo des blogs UBC)

Chris Dolan, le directeur du Refugee Law Project en Ouganda. (Photo des blogs UBC)

Aujourd’hui, Angels Refugee Support Group se targue de plus de 100 membres officiels, dont beaucoup résident dans trois camps de réfugiés. À l’avenir, il est prévu d’ouvrir un studio de design et aussi de commencer un élevage de poulets. L’autonomisation économique est essentiel pour la survie, en particulier en tant que les réfugiés LGBTI subissent de nombreux niveaux de la stigmatisation et de la discrimination en matière d’emploi.

Chris Dolan, directeur du Refugee Law Project en Ouganda, dit que les Anges est « une organisation de base valable et importante de plaidoyer et de protection » , avec Bibe en tant que le leader depuis son début.

Bibe a clairement démontré son leadership. Il réfléchit sur son propre itinéraire et sent qu’il est de plus en plus ouvert au sujet de sa sexualité. Son interaction avec Ji-Sort! l’a exposé à différentes cultures et expériences.

En tant que leader naturel, il a guidé l’association depuis ses humbles débuts d’il y a cinq ans. Dit-il:

Bibe Kalalu (Photo de Bibe Kalalu)

Bibe Kalalu (Photo de Bibe Kalalu)

«J’ai appris à unir tout le monde dans l’organisation et tous les participants ont un temps d’antenne égal.

La mobilisation sur le terrain reste la clé et je suis heureux de voir l’association à un niveau où les LGBTI peuvent voler et être libre comme des anges. »

Selon Bibe, l’association compte 109 membres en Ouganda, dont 45 membres à Kampala, 33 au Camp de Nakiwale, 20 membres au Camp de Kyangwali, 21 membres au Camp de Kyaka; et 50 membres travailleuses du sex.

Articles connexes dans ce blog:

Publicités

2 réflexions sur “Ouganda: Refugié congolais devient activiste LGBTI

  1. Pingback: Ouganda : un ex-chef de tribu réfugié en Ouganda devient un activiste LGBTI | infos LGBT

  2. Pingback: Bukavu, la cité des crimes de haine anti-LGBTI | 76 Crimes en français

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s